Gallimard n'a pas rassuré : le CE de Flammarion reste inquiet

Clément Solym - 23.08.2012

Edition - Economie - Gallimard - Flammarion - comité d'entreprise


Le rachat du groupe Flammarion ne laisse pas le Comité d'Entreprise indifférent, malgré la visite, durant les vacances, d'Antoine Gallimard. Ce dernier, intervenu pour évoquer la vente à sa société, qui doit encore recevoir l'aval de l'Autorité de la concurrence, n'a pas rassuré ni convaincu le CE de Flammarion. Appartenant encore à RCS MediaGroup, en attendant l'avis de l'Autorité, le CE a voté un avis à l'unanimité, qui fait part de certaines inquiétudes.

 

 

Antoine Gallimard et Vincent Montagne (PDG de Médiaparticipations)

au Salon du livre 2012

 

 

C'est à l'occasion d'une réunion extraordinaire de ce mercredi que le CE, qui doit être obligatoire consulté, explique que « cet avis circonstancié et raisonnablement critique n'a a pas pour but d'empêcher l'opération de se faire ». Martin Prosper, de la CFDT Edition-Livre, sollicitée par l'AFP précise que persistent « de sérieuses réserves quant à la visibilité sur la stratégie et la méthode qui seront mises en oeuvre ». 

 

Et ce, même s'il ne persiste aucun doute sur le projet professionnel autour duquel s'articule cette vente. Pour avance sur cette voie, le CE avait proposé que soit créé une instance de transition, avec en son sein les élus de Flammarion et Gallimard, mais la proposition fut rejetée. Ainsi, c'est vers « une Commission de suivi de l'intégration de Flammarion dans Madrigall, que la direction de Flammarion s'engage à informer en amont sur tous projets, échéances et objectifs liés au regroupement (...), les pistes de synergie envisagées, etc. », que le CE s'est tourné. 

 

De la sorte, la vente de Flammarion à Gallimard sera accompagnée de suggestions, que pourra consulter la directrice du groupe, Teresa Cremisi. L'avis voté a aujourd'hui été transmis aux avocats en charge de ce rachat, et ne pourra pas se concrétiser avant l'automne, avec l'obtention de l'accord de l'Autorité de la concurrence. La vente doit se faire pour un montant de 185 millions €. 

 

Notons que les CE libraires et distribution ont pour leur part rendu un avis favorable sur ce projet. 

 

Parmi les questions qui restent évidemment en suspens, cette phrase d'Antoine Gallimard qui envisageait déjà la possible revente de Casterman. La BD, pourtant un genre toujours en vogue, et qui s'en sort plutôt bien, n'aurait pas les grâces du patron. La vente, maison d'édition BD n'est pas exclue, pour faire face aux échéances, précise le patron. Une question qui ne se pose manifestement pas pour les livres de poche, puisque J'ai Lu et Folio, appartement à Flam' et Gall' devraient cohabiter, selon le cri d'amour de la grenouille. 

 

Antoine Gallimard assurait vouloir garder la maison, qui dispose notamment de Tintin, Bilal ou encore Tardi... et même Martine, « même si, dans un contexte de crise, je pourrais être contraint de le vendre pour faire face à mes échéances », expliquait-il. (voir notre actualitté)

 

Sollicité, Flammarion nous explique ne pas vouloir faire de commentaires sur les avis.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.