medias

Geluck supplie : “achetez mes albums en librairie” plutôt que chez Amazon

Nicolas Gary - 07.11.2019

Edition - Economie - Philippe Geluck - librairies vente livres - Amazon internet livres


« Il faut couper le cou à ces sociétés qui envahissent le monde… » Philippe Geluck, invité de RCM Story, n’y va pas par quatre chemins, quand il pousse une geluckante. Un peu à la manière d'Apollinaire, d'ailleurs, avec son “Soleil, cou coupé”. Ainsi, c’est avec une certaine sérénité et beaucoup de calme qu’il incite ses lecteurs et fans à déserter Amazon…


 

Évoquant le grand patron d’Amazon, Jeff Bezos, « qui est en train de mettre dans la misère des dizaines de millions de gens qui vont perdre leur métier, notamment les libraires », Geluck s’indigne. Et avec raison. Les librairies, menacées par la firme américaine, l’affaire n’est pas nouvelle, mais le dessinateur ajoute que ces dernières ne sont pas seules pour qui le couperet Amazon pointe, « il y en a tellement d’autres… ».

Or, la réalité est que l’on retrouve bel et bien des albums du Chat sur la plateforme, comme le souligne un animateur. La réaction est sans appel.

« Je profite d’être ici… Je supplie mes lecteurs d’aller les acheter en librairie, plutôt que de les commander sur le net », affirme-t-il. Sur le net, peut-être pas : certaines sociétés françaises restent vertueuses dans la commande et la vente en ligne : mais la réalité est qu’Amazon est devenu si omnipotent que l’on en finit par désigner par synecdoque le géant américain, comme référent de la vente de livres sur la toile.

Et d’ajouter qu’il faut dire « qu’il existe des librairies de quartier » et plus encore « il faut se battre », pour les maintenir. Vœu pieux… mais qui peut le moins peut aussi le plus…
 


 
Philippe Geluck est publié chez Casterman, maison d'édition qui appartient au groupe Madrigall (Gallimard, Flammarion). Et quand on se souvient de la place qu'Amazon avait pu prendre au salon du livre de Paris, juste à côté de la maison d'édition centenaire, on imagine aisément que son PDG, Antoine Gallimard, serait particulièrement raccord avec l'auteur :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Salon du livre, dites-vous ? Intéressante symbolique de voir le stand de @editions_gallimard @casterman_bd @flammarionlivres se retrouver à côté de celui de @amazon : voilà ce qu'il en coûte, d'assimiler le cybermarchand à un libraire comme les autres. Parce que l'on peut douter que le groupe éditorial savoure pleinement ce voisinage. Et puis, une pensée aussi pour @livredepoche qui se retrouve à côté de @audible_fr : là aussi, ça doit piquer cette répartition des espaces. Surtout qu'il en reste plein d'inoccupé, de l'espace. @livre_paris #salondulivre #amazon #édition #éditeurs #livres #voisin #turbulent #cherchezlerreur #affintésselectives #auteurs #libraires #internet #gallimard #casterman #flammarion #amazon #cybermarchand #payetonstand #lecteurs #promiscuité #proximité #nofilter #barbelés #porosité #picoftheday #onvaenparler #çaferadubruit #etyaurapleindephotossurlesréseaux #gniarfffff #barzingueteam

Une publication partagée par ActuaLitté (@actualitte) le



On attend à ce titre la réaction de Jeff Bezos : condamnera-t-il les propos et gags désopilants de Geluck, en invoquant le droit des matous à une vie privée ?



Commentaires
Philippe Lechat a toujours voulu l'argent et l'argent du beurre. C'est un mégalomane qui a réussit et s'il en avait l'occasion il mettrait bien à la place de la Statue de la Liberté, son foutu chat. C'est devenu névrotique son truc. Moi, je préfère mon chien Caillou car celui-ci est vivant et ne passe pas son temps à donner des leçons de morale et d'équité à la Terre entière.
Eh oui...un libraire!!! Le plus proche de chez moi est maintenant à 40 kms...Alors merci à ma toute petite bibliothèque à 4 kms de chez moi...mais si je veux quelque chose de particulier...merci Amazon ! Ne pas oublier que certains vivent dans des déserts culturels
Stupide mentalité typiquement européenne, on préfère raler et jalouser les autres plutôt que d'essayer de faire pareil, voire mieux... Au états-unis, on affiche fièrement sa réussite et croyez bien qu'un auteur Américain est fier d'être vendu par Amazon. Dans quelle librairie pouvez-vous avoir un avis de plusieurs centaines de lecteur ? Dans une librairie, vous n'avez que le conseil du vendeur qui est forcement motivé par son stock à liquider ou le bénéfice qu'il fait sur l'un ou l'autre article...
Visiblement, les commentaires regorgent d'imbéciles cyniques tout entiers vendus à la cause du libéralisme sauvage. Bravo brave gens, continuez à cautionner le saccage orchestré par les multinationales, votre individualisme dégoulinant n'est visiblement plus à cela près.
Ben oui le pouvoir bouffe sur les terres du pouvoir, car les prédateurs (malins et feignants) s'observent pour voir où sont les proies, les points d'eau, les parts de marché. Amazon ne fait que chasser sur les terres de "nos chers éditeurs". la différence, n'en déplaise au chat de Geluck, c'est la voracité. Le vérité c'est que les maisons traditionnelles se sont enrichies, embourgeoisées, endormies sur leurs lauriers et n'ont pas vu le danger venir. C'est le cycle : on se bat pour vaincre, une fois sur le trône, on s'endort et on se fait renverser par une autre ambition montante. CQFD
Totalement d'accord avec m. Geluck. Personnellement, j'ai acheté des livres sur Amazon, j'ai même une tablette Amazon, mais je préfère largement les livres papier que j'achète chez mon libraire qui est réel et avec qui je peux avoir un véritable échange.
Ancien libraire à la retraite et coorganisateur d'un salon annuel du livre

Je témoigne du cauchemar progressif que viventleslibraires
Si Geluck était aussi vertueux qu'il peut le paraitre, il prendrait des dispositions pour que ses œuvres ne soient pas vendues par Amazon. On peut inviter les acheteurs à...mais on peut aussi "inviter" les auteurs à...
Les auteurs n'ont aucune prise sur le système de diffusion, ce sont les éditeurs et les diffuseurs qui sont décisionnaires. Renseignez-vous avant de débiter des âneries.
Et donc, l'auteur resterait intouchable ? Il n'a qu'à refuser un contrat avec un éditeur dont il sait qu'il diffuse sur amazon.
Et que propose-t-il M. Gelluck pour faire vivre à ses clients la magie d'un clic Amazon ?

Rien.

Il aurait pu parler du site Les libraires indépendants.

Il faut arrêter de pleurer et être un peu proactif.

Le monde avance.

Très vite.

Et l'Europe pleure ou se fait du mal toute seule.

Déprimant.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.