Geneviève de Fontenay estime que sa biographie est diffamatoire

Clément Solym - 01.12.2011

Edition - Société - bigraphie - Geneviève de Fontenay - Amel Brahmi


La biographie non autorisée de Geneviève de Fontenay, La vie secrète de Geneviève, écrite par la journaliste Amel Brahmi fait grand bruit et pourrait se terminer par un procès.

En effet, la dame au chapeau estime que cet ouvrage est « un ruban de diffamation ». Et d'ajouter : « C'est incroyable de pouvoir écrire des trucs comme ça sans demander une seule fois si c'est vrai. Cette fille ne m'a jamais dit quoi que ce soit. Je pense que si j'étais comme elle me décrit il y a longtemps que ça se saurait. Je suis le contraire de tout ça. Je suis très fière de ce que je suis, je suis fière de ce que j'ai fait ».

 


Il faut dire que le livre d'Amel Brahmi ne met pas forcément en valeur Geneviève de Fontenay ni sa famille. Elle y est décrite comme ambitieuse, vaguement raciste, autoritaire et sans scrupules. Le livre n'épargne rien des relations de Geneviève et de son fils Xavier qui seraient clairement conflictuelles. Xavier de Fontenay serait même connu pour être violent avec sa mère.

 

L'ouvrage évoque aussi l'arrestation en 1938 de Louis Poirot (dit de Fontenay), le mari de Geneviève pour « détournement de fonds de l'office des œuvres sociales, une association fondée avec son complice Jean Lombard, censée profiter aux enfants malades ». Un point qui a plus que déplu à la dame au chapeau.

Pour autant, Amel Brahmi n'estime pas avoir écrit un pamphlet contre Geneviève de Fontenay. Selon ses dires, le propos du livre était « de faire tomber le masque de Geneviève de Fontenay pour découvrir le visage de Geneviève Mulmann ». Et d'ajouter : « Il se trouve qu'on ne savait rien d'elle. Dès qu'on fouille, on découvre des choses pas très reluisantes, comme ça peut être le cas de tout le monde. Personne n'est pas parfait ».

On notera que la journaliste s'est dite impressionnée par le courage de Geneviève de Fontenay qui s'est relevée de plusieurs drames. Elle a aussi déclaré que selon elle, Geneviève de Fontenay n'avait pas décidé de créer le concours Miss Nationale par appât du gain ou par passion, mais pour céder aux pressions de son fils : « Ses frères me l'ont dit : Geneviève n'a pas choisi ce qui lui arrive maintenant. Mais la manière dont elle fait face, c'est ce qu'elle a toujours fait dans sa vie : elle surmonte et elle fait bonne figure ».

 

On pourra retrouver deux extraits du livres ici.

 

Retrouver le livre sur Comparonet