medias

Gibert Joseph : pour la librairie de Clermont-Ferrand, verdict le 3 juin

Nicolas Gary - 02.06.2020

Edition - Librairies - Clermont-Ferrand librairie - Gibert Joseph librairie - liquidation judiciaire Gibert


Dernier des trois établissements placés en liquidation judiciaire par le groupe Gibert, la librairie de Clermont devait être fixée sur son sort à 15 h ce 2 juin. Une audience attendue, non seulement pour les 14 salariés de la structure, mais également par d’autres libraires ailleurs en France. « Cela pourrait avoir un impact sur notre avenir », nous indiquait une salariée de la région parisienne.

Gibert Joseph Clermont-Ferrand


Après la liquidation prononcée de la librairie d’Aubergenville et le délai d’un mois, reconductible, obtenu par celle de Chalon-sur-Saône, la librairie de Clermont-Ferrand était la dernière sur la liste. Une audience repoussée à ce 2 juin, et pour laquelle des représentants de plusieurs librairies s’étaient déplacés. 

Les conditions présentées par le commerce étaient plus que positives, pour que le tribunal de commerce prononce une décision favorable à la préservation de l’entreprise. 

En outre, une pétition avait vu le jour, initiée par une étudiante en médecine, pour s’insurger contre la fermeture de l’établissement, basé depuis près de 80 ans dans la ville. À cette heure, elle a réuni 902 signatures : elle cible tout particulièrement la perte d’emploi de Jean-Philippe Baré, en charge du secteur médical dans la librairie. 

Pour la librairie, qui compte des salariés quadras et quinquas principalement, les difficultés étaient bien réelles. Et les revenus liés à la vente de livres d’occasion diminuaient tout autant que ceux des nouveautés. La crise sanitaire n’a peut-être pas aidé, pas plus que le départ de la précédente directrice, survenu durant le premier trimestre… Mais difficile encore de savoir si l’action du groupe fut suffisante.
  Les salariés de la librairie ne seront cependant fixés que ce 3 juin, à 14 h 30, sur leur devenir. Cependant, au cours de l’audience, tant le président que le procureur ont semblé dubitatifs, face aux arguments du groupe.

Soulignant que la structure était intégrée à un groupe qui dispose encore de trésorerie, il a été expliqué qu’il était possible de passer par d’autres recours que la liquidation judiciaire. 

Ainsi, l’hypothèse d’un redressement avec la nomination d’un administrateur pourrait permettre de sortir de la situation par le haut, indiquait le procureur. Et donc de limiter la casse sociale. Ce dernier a de toute manière indiqué qu’il s’opposerait à la liquidation.

photo : Gibert Joseph Clermont-Ferrand, ActuaLItté, CC BY SA 2.0

Dossier -  Liquidation, prudence, salariés : les librairies Gibert Joseph en question


Commentaires
Sauvons gibert
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.