Gibert Joseph : un sursis pour la librairie de Chalon, liquidation d'Aubergenville

Nicolas Gary - 28.05.2020

Edition - Librairies - librairies Gibert Joseph - liquidation judiciaire librairies - Gibert Joseph tribunal


Depuis l’annonce par ActuaLitté de la fermeture programmée de trois magasins, la direction était restée muette. Alors que ce 28 mai, deux tribunaux doivent se prononcer sur la demande de liquidation judiciaire, voici que Gibert Joseph se réveille. Et l'on apprend dans le même temps que les plans ne seront pas tout à fait ceux originellement envisagés.

Gibert Joseph
 

Ce 23 mai, nous apprenions que trois établissements de province, Aubergenville, Chalon-sur-Saône, et Clermont-Ferrand, allaient être présentés devant le tribunal de commerce. Une demande sèche de liquidation judiciaire était opérée par la direction. « La direction de Gibert se dédouane totalement : ce ne sont pas eux qui prennent la décision des licenciements, puisqu’elle découlera de la conclusion de l’administrateur », analysait alors la CGT. 
 

Chalon-sur-Saône, un délai


« Dans ce contexte global, l’activité déficitaire de certains magasins ne peut plus être soutenue au risque d’une mise en péril de l ’ensemble des autres sociétés du Groupe. » Voici en effet que surgit un communiqué du groupe pointant qu’au « cours de la dernière décennie, les ventes au détail de livres imprimés en France ont diminué avec une disparité entre les différents canaux de distribution ». 

Et situation est royalement inversée. On ne parle plus de procédure immédiate, mais d’une « liquidation judiciaire avec poursuite d’activité temporaire ». En effet, la direction voulait « laisser une chance à une solution de reprise du magasin à court terme ».

La réalité, telle que le DRH l’a présentée aux salariés la semaine passée semblait pourtant toute autre. « Nous n’avions rien pour nous retourner », nous précise l’une d’entre elles. « Il était clair, dans l’esprit de la direction, que le 28 au soir, nous serions aux mains du liquidateur. Et il n’aura jamais été question de reprise. »

Selon les informations de ActuaLitté, le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône vient de planter une première aiguille. « Il ne s’agit pas de nier la réalité économique, pas plus que les difficultés que pouvaient rencontrer les établissements », assure un proche du dossier. Pour autant, le tribunal vient d’accorder un sursis au magasin, avec un mois renouvelable de maintien d’activité. 

« Cela laissera la possibilité de négociations, et éventuellement de trouver un repreneur pour la librairie », poursuit cette source. Or, comble de chance, il se trouve que justement, un repreneur s’est manifesté — sans se faire connaître officiellement. 
 
Pour le cas d’Aubergenville, le tribunal doit encore se prononcer, et le responsable du personnel devrait assez logiquement faire valoir la décision de Chalon. « Dans tous les cas, ce qui importe, c’est de voir que le tribunal de Chalon n’a pas considéré qu’il y avait urgence à cesser l’activité », commente un responsable.

mise à jour : Nous apprenons que la librairie d'Aubergenville n'a pas obtenu du tribunal de commerce de Versailles le même traitement que Chalon. La liquidation est prononcée, à la demande du procureur. 

Quant à l’établissement de Clermont-Ferrand, les conditions sont plus que favorables, pour qu’une réponse du tribunal — l’audience est prévue le 2 juin à 15 h — s’oriente positivement. « On parle tout de même du magasin historique du groupe… »
 

Une reprise chaotique


« Le fait est qu’avec le départ à la retraite de Richard Dubois, le groupe se retrouve sans aucune vision ni l’homme en mesure d’actionner les manettes », observe un proche du dossier. Parti, certes, mais l’intéressé garderait un œil sur les dossiers malgré tout. Sollicité par ActuaLitté, il a opposé avoir quitté la société et n’être plus en mesure de répondre.

Dans son communiqué, la direction assure pourtant avoir « tout mis en œuvre ces dernières années afin de les maintenir en activité. Cependant, la contraction du marché de biens culturels, les changements d’habitude de consommation (au détriment de la vente au détail dans les magasins physiques) et les événements récents de 2019-2020 (grèves des transports, manifestations gilets jaunes et récente crise sanitaire liée au coronavirus) sont autant de facteurs qui ont impacté le groupe Gibert déjà très fragilisé par un contexte concurrentiel accru ».

Plusieurs établissements attestent que les commandes ont été arrêtées net, avec interdiction de réassort du fonds ou de nouveautés. « On ne sait simplement pas quoi dire aux clients, quand on n’a pas les livres », se désolait une libraire. 

Pour d’autres, un retour à une activité plus décente se profile, bien que fragile. Pour les 28 librairies que compte le groupe Gibert, la lumière au bout du tunnel n’est pas évidente à apercevoir. 


photo ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Dossier -  Liquidation, prudence, salariés : les librairies Gibert Joseph en question


Commentaires
Il y a 2 ou 3 ans de cela, Gibert n'a pas voulu vendre nos livres (pas assez bien pour eux). S'ils ont appliqué leur manque d'ouverture à tous les éditeurs qui leur offraient de se démarquer de leurs confrères en se contentant de se refermer sur eux-mêmes il n'est pas étonnant qu'ils en arrivent-là par manque de réactivité. On n'arrête pas de dire que le métier change et qu'il faut s'adapter. N'attendez pas de sombrer pour tenter de sortir la tête de l'eau.

Bien entendu, je ne me réjouis pas de la situation de Gibert car d'autres suivront. De grandes librairies vont sombrer à l'image de La Hune, ou Boulinier et chaque fois qu'une librairie sombre c'est un composant de la chaîne du livre qui nous quitte. Il faut réinventer le livre, de l'édition à la distribution en passant par la diffusion (surtout la diffusion). Il faut changer les mentalités et les façons de travailler. Heureusement, si les librairies anciennes ne démordent pas du modèle économique qu'ils ont toujours connu jusqu'à en sombrer, d'autres, plus jeunes l'ont compris. Ce sont les librairies indépendantes et je pense que ce sont elles qui resteront debout.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.