Gilbert Gatore, écrivain, l'avenir devant lui mais menacé d'expulsion

Clément Solym - 30.05.2012

Edition - Justice - Gilbert Gatore - exil du Rwanda - refus de naturalisation


Au moment où Gilbert Gatore, écrivain d'origine rwandaise installé en France depuis 16 ans, analysait les présidentielles dans les colonnes de Télérama, il attendait encore « l'aboutissement d'une demande de nationalité engagée il y a deux ans ». S'il réapparaît dans les pages de l'hebdomadaire en kiosques aujourd'hui, c'est parce que cette fameuse demande vient d'être refusée, l'exposant sans autre forme de procès à une expulsion du territoire.

 

Pour « la deuxième fois en sept mois », d'après l'article d'Olivier Milot publié dans Télérama, l'écrivain Gilbert Gatore, auteur du roman Le Passé devant soi, s'est vu opposer un refus à sa demande de naturalisation. Exilé du Rwanda et résidant en France depuis 16 ans, l'écrivain s'est décidé à adopter la nationalité française en août 2010 : « J'avais passé plus de temps en France qu'au Rwanda, le moment était venu. J'avais envie d'être Français. Je n'imaginais mon avenir nulle part ailleurs qu'ici. »

 

EXPULSION


Hélas, la bonne volonté ne semble pas suffire au pays des Droits de l'Homme : ressortant un vieil arriéré d'impôts de 3845 € qui remonte à 2010, et depuis payé « rubis sur l'ongle, pénalités comprises » d'après le journaliste de Télérama.

 

Arrivé en France en 1997, alors que sa famille fuit le génocide qui coupe le Rwanda en deux, Gilbert Gatore a bénéficié du statut de réfugié politique pendant 10 ans, jusqu'en décembre 2011 : le temps pour lui de mener ses études et de publier Le Passé devant soi aux éditions Phébus, récompensé en 2008 par le Prix Ouest-France Étonnants Voyageurs.

 

Depuis, il est sans-papiers et risque donc l'expulsion si sa situation n'est pas régularisée.