Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Gilles Bernheim abandonne ses fonctions de Grand rabbin de France

Antoine Oury - 11.04.2013

Edition - Société - Gilles Bernheim - Grand rabbin de France - démission


Sale temps pour les secrets : le rabbin Gilles Bernheim, accusé à plusieurs reprises de plagiats et soupçonné d'avoir menti sur son agrégation de philosophie, a finalement consenti à quitter ses fonctions de Grand rabbin de France. Jusqu'à présent, ses explications s'avéraient confuses, y compris au sujet de sa démission, avant qu'il ne dépose les armes ce matin, devant le Consistoire.

 

 

 

 

Le rendez-vous avec le Consistoire était prévu depuis mardi, au vu des nombreuses accusations dont Gilles Bernheim avait fait l'objet, mais surtout après de premiers aveux sur des plagiats avérés : dès le mardi 4 avril, il admettait des emprunts, mais les mettait sur le dos d' « un étudiant […] à qui [il a] confié des travaux de recherche et de rédaction »...

 

D'autres accusations étaient alors apparues, avec l'effet boule de neige que l'on sait : le site l'Archéologie du copier-coller, de Jean-Noël Darde, a permis de confondre l'auteur par procuration. Avec le coup de grâce (divine) : une agrégation de philosophie usurpée. Grand rabbin depuis 2008, Bernheim se refusait toujours à démissionner ce mardi 9 avril, sur Radio Shalom : renoncer à ses fonctions correspondait alors selon lui à une « initiative personnelle [qui] relèverait d'une désertion ».

 

Finalement, le rabbin a reconnu devant le Consistoire plusieurs plagiats, pour les ouvrages Le souci des autres au fondement de la loi juive (2002), Quarante méditations juives (2011) et, plus récemment, dans sa diatribe contre le mariage pour tous, Mariage homosexuel, homoparentalité, et adoption: ce que l'on oublie souvent de dire. Il a par ailleurs expliqué le mensonge sur son agrégation de philosophie par « un événement tragique » de sa vie, qui l'aurait « laissé dire » la prétendue qualification.

 

Moché Lewin, son porte-parole, avait démissionné la veille, sans préciser les raisons de son départ.