Gilles de Bure, l'homme du design et découvreur de talents

Cécile Mazin - 18.07.2013

Edition - Société - Gilles de Bure - décès - design


À l'âge de 72 ans, Gilles de Bure est décédé ce 13 juillet. Légende du monde de l'art, il serait le premier à avoir employé le terme de 'design', contre l'emploi en vogue, d''esthétique industrielle'. C'était en 1965. Les précurseurs sont toujours talentueux. 

 

 

 

 

Journaliste, critique d'art, enseignant, commissaire d'exposition, Gilles de Bure a produit une quarantaine d'ouvrages portant tous sur le design, l'image et l'architecture. Dans un hommage de la ministre de la Culture, sont également évoqués « de très belles monographies sur Christian de Portzamparc, Dominique Perrault, Bernard Tschumi ou encore Claude Vasconi ».

Responsable de la Galerie d'actualité du Centre Pompidou à la fin des années 70 et premier directeur de la Grande Halle de la Villette dans les années 80, ce conteur né qui savait si bien défendre l'œuvre des autres avait été aussi un acteur pleinement engagé dans la politique culturelle de notre pays.

Gilles de Bure avait longtemps enseigné à l'Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs. Il savait admirablement faire partager ses passions, faire comprendre ce qu'il avait lui-même vu et compris avant beaucoup d'autres. C'était un véritable découvreur de talents et l'un de ces médiateurs indispensables qui suscitent les plus belles vocations.

 

Son dernier ouvrage, paru en 2010, Que sont mes amis devenus, chez Norma/Ensad, réunissait une quarantaine de créateurs :  

Quarante tempéraments à l'écriture spécifique et à la destinée singulière. Quarante talents qui se déploient dans une infinité de directions : arts, affichisme, architecture, architecture intérieure, bande dessinée, chorégraphie, cinéma, couleur, création multimédia, design, édition, graphisme, illustration, mode, muséographie, paysagisme, photographie, scénographie, textile, théâtre, typographie, vidéo.

Quarante aventures, quarante trajectoires qu'apparemment rien ne lie. Et pourtant, un fil rouge les unit, leur passage à l'Ecole nationale supérieure des arts décoratifs de Paris (ENSAD). Quarante créateurs rencontrés, observés, côtoyés, quarante ans durant et qui dressent, au travers de leur œuvre, un portrait vivant de la création française.

 

Gilles de Bure a également participé à l'émission Apostrophes de Pivot.