Gloups : "Adolf Hitler est l'une des meilleures marques au monde"

Clément Solym - 13.08.2013

Edition - International - Adolf Hitler - liberté d'expression - propagande nazie


Fin juillet, l'éditeur tchèque de Guidemedia, Pavel Kamas et Lukas Beer, auteur de la préface, prenaient rendez-vous avec la justice pour un livre consacré à Adolf Hitler. 10.000 exemplaires reprenant les discours du dictateur entre 1939 et 1942, ainsi que des documents annexes et quelques notes historiques. Mais la police tchèque n'apprécie pas que l'on fasse commerce avec l'auteur du plus grand génocide du XXe siècle.

 

 

 

 

Pour l'éditeur, il était tout à fait légitime de s'interroger sur l'adhésion « de millions de personnes, venues de tous horizons et de toutes conditions, que ce soit dans des réunions privées ou dans les bars de Munich, et à l'occasion de milliers de meetings ultérieurs ». Si le passage devant la justice du pays n'a pas encore eu lieu, il semble pourtant que les réactions des libraires locaux n'aient pas tardé.

 

Selon Spektator, des boutiques en ligne et physiques ont supprimé le livre de leur offre, alors que le pays est entré dans un vif débat autour de la liberté d'expression. Suite à la réaction de leurs clients, les deux librairies Martinus se sont débarrassées du livre en question, tandis que la librairie Panta Rei, constatant que l'ouvrage n'était plus en stock, a choisi délibérément de ne pas en commander de nouveau. 

 

Pour Michal Meško, PDG de Martinus, l'éditeur Guidemedia « sympathise ouvertement avec le régime nazi et favorise l'extrêmisme ». En outre, les annotations portées dans l'ouvrage sont trompeuses, ou parfois très subjectives dans les commentaires qu'elles apportent. Pourtant, le livre revendique son authenticité, assurant qu'il propose les documents sans aucune modification...

 

La République tchèque a connu, voilà quelques jours, une situation assez semblable, alors que le livre de Tibor Rliot Rostas, Mlčanie, a fait l'objet d'une vive polémique. Devenu un best-seller dans le pays, il évoque une série de théories du complot dans la géopolitique des États. Bien que vivement critiqué, le livre est resté dans les librairies et Meško s'en défend : propager l'idéologie nazie et évoquer des thèmes contemporains n'a rien à voir. Le livre de Rostas parle de choses qui sont au coeur d'interrogations modernes, et il ne saurait être question de le supprimer des librairies parce qu'il dérange. 

 

Bien évidemment, parmi les théories évoquées, celle d'un complot judéo-maçonnique doit certainement figurer en bonne place. Cependant, les libraires refusent de jouer le rôle de censeur : ce n'est pas à eux de décider de ce que les clients ont le droit d'acheter. Un jeu d'équilibriste délicat...

 

Dans le même temps, la Pavel Kamas, l'éditeur de Guidemedia s'offusque de la levée de boucliers dont il est victime. Dans une récente interview, il a expliqué que son ouvrage méritait la même attention que celle accordée à un document historique. « Adolf Hitler est l'une des meilleures marques au monde. Je ne vois aucune raison de ne pas l'utiliser en particulier dans un monde de libre échange, où celui qui joue le plus des coudes remporte la mise. »

 

Les poursuites sont toujours en cours, contre l'éditeur et le journaliste, accusés d'avoir nié les crimes nazis et de minimiser l'impact du génocide.