Google Ads au service des pirates de manuels scolaires

Victor De Sepausy - 28.11.2019

Edition - Justice - piratage manuels scolaires - contrefaçon justice - éditeurs justice copyright


Pas de répit dans la lutte anti-piratage : pour les éditeurs scolaires, la vigilance est constante. Et les efforts pour contrer non seulement le partage en ligne, mais également la commercialisation frauduleuse, impliquent des ressources solides. Plusieurs maisons américaines ont à ce titre choisi la voie judiciaire pour tenter de protéger leurs investissements.

google security
Stock Catalog, CC BY 2.0
 

Une plainte déposée devant le tribunal du district sud de New York vient une fois de plus de démontrer l’ingéniosité des pirates. Ces derniers sont en effet accusés de passer par un système d’annonces Google, pour promouvoir la vente de manuels scolaires piratés. 

Leurs messages publicitaires, placés au-dessus des résultats de recherche honnêtes, trompent alors l’internaute, et le détournent du contenu légitime des éditeurs. Redirigés vers des sites de vente, d'apparence honnête, il leur est proposé de sortir une carte bleue pour régler leurs emplettes.

D'autant que ces plateformes s’appuient sur des solutions de paiement en ligne tout à fait classiques, et donc légales pour l’internaute abusé.
 
C’est l’Educational Publishers Enforcement Group qui porte la procédure au nom de ses membres : le juge, dans un premier temps, a accordé une ordonnance restrictive temporaire. Elle réclame que cesse toute activité illégale sur ces sites. Et dans le même temps, que les services qui font tourner ces sites soient également coupés. 
 

Tous ensemble, tous ensemble, tous !


« Les sites pirates se livrent à des activités illégales flagrantes qui portent gravement préjudice à ceux qui tirent leur subsistance des ventes de manuels légitimes », indique dans un communiqué Matthew Oppenheim, avocat de l’EPEG.

Derrière cet acronyme, se retrouvent des structures telles que Cengage, Elsevier, Macmillan Learning, McGraw-Hill et Pearson, soit quelques milliards de dollars de chiffre d’affaires. L’an passé, ce même groupe avait engagé une procédure contre d’autres sites de contrefaçon et obtenu gain de cause : un jugement leur accordant 34 millions $ de dommages-intérêts était alors rendu en leur faveur.

Le recours aux manuels piratés s’explique notamment du fait des coûts exorbitants pour les étudiants américains : ces derniers se tournent alors vers les offres illégales pour économiser quelques dizaines de dollars. Et les hackers, pour le coup, l’ont bien compris : en septembre dernier, une analyse de Kaspersky, solution antivirus, pointait les risques liés… au téléchargement de manuels.

Un tiers des manuels numériques disponibles sur plateforme pirate contenait un malware. En soi, pas vraiment dramatique… jusqu’à ce que cela touche votre ordinateur.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.