Google Books : des milliers de livres accessibles en fac-similé

Clément Solym - 19.05.2011

Edition - Bibliothèques - google - books - imges


Le projet Google Books prend progressivement de l’ampleur. Avec l’ambition de proposer au public, simples curieux, passionnés et chercheurs, des milliers de titres accessibles partout et en couleur, les équipes de Google s’activent en partenariat avec d’importantes bibliothèques à travers le monde entier. Il s'agit toujours de proposer une copie numérique des plus fidèles à l'original.

On retrouve déjà de très nombreux livres des XVI°, XVII° et XVIII° siècles appartenant aux imposantes collections des bibliothèques nationales tchèque, néerlandaise, australienne. D’autres établissements non moins célèbres ont également ouvert leurs portes à Google : les bibliothèques de Florence et de Rome en Italie, celle de Lyon en France, celles de Catalogne et de Madrid en Espagne ou encore celle de Lausanne ou celle liée à l’université d’Oxford.


A ce jour les équipes de Google ont déjà scanné 150 000 livres des XVI° et XVII° siècles quand 450 000 l’ont été relevant du XVIII° siècle. Mais le projet Google Books ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et se donne encore des milliers de titres à scanner pour objectif.

S’il s’agit de faire du chiffre, il faut aussi donner dans la qualité. C’est à ce titre que les équipes chargées d’établir les images travaillent en couleur. Si les premiers livres scannés livraient des images avec le texte en noir sur fond blanc, ce n’est plus le cas à présent.


Ce système permettait d’économiser de l’espace mais il rendait la lecture moins évidente que sur l’original. Désormais Google travaille à partir de photographies du texte de départ et l’on peut parcourir la copie du livre comme on parcourrait l’original. C’est là un véritable plus qui permet au chercheur d’accéder au livre en l’état, sans avoir besoin de se déplacer dans son lieu de conservation pour le consulter, ce qui, en plus, contribuait au vieillissement prématuré de l’ouvrage.

On peut à présent consulter via Google Books des pages de Nostradamus, tirées de Prognostication nouvelle et prediction portenteuse, pour l'an M. D. L. V. (1554) ou encore Secunda centuria, das ist das ander Hundert der Evangelischen Wahrheit (1568) de Johann Nass, des textes de Galilée et, bien sûr, des centaines d'autres titres.