Google books : l'Angleterre s'incline, les auteurs menacent

Clément Solym - 28.01.2010

Edition - Justice - Google - books - Angleterre


Le gouvernement britannique vient officiellement d'annoncer qu'il ne prendrait pas position dans le règlement Google books et ne formulerait donc aucune objection auprès du tribunal de New York, qui doit juger l'affaire le 18 février prochain. Selon un porte-parole du ministère de l'Économie, cité par The Bookseller, il semble normal que la Publishers Association prenne les commandes.


Pourtant, les gouvernement allemands et français ont eux exprimé leurs avis sur la question et hier, nous apprenions que le document signé par le SNE et appuyé par plusieurs éditeurs, avait été envoyé au juge Denny Chin.

« Les parties impliquées en Angleterre se sont engagées en faveur de Google sur les conditions qui ont été proposées à travers Google books, et la UK Publishers Association soutient fermement le règlement dans sa version révisée », ajoute le porte-parole. Pointant l'avantage économique autant que la diffusion culturelle, le porte-parole estime qu'il est cependant nécessaire que la solution qui sera trouvée concilie l'ensemble des acteurs, jusqu'aux consommateurs et aux concurrents.

Rowling, Pullman, au créneau

Pourtant, les auteurs eux-mêmes ne semblent pas accueillir à bras ouverts ce règlement, rapporte le Times.

Rowling, qui n'a jamais pu supporter l'idée d'un livre numérique, ou encore Philip Pullman et d'autres menacent même de boycotter la nouvelle bibliothèque de Google. Selon eux, malgréla transaction proposée, on reste dans la stricte violation du droit d'auteur et ce ne sont pas les 60 $ accordés aux écrivains, par oeuvre numérisée qui les feront changer d'avis. En outre, Google ne peut pas se permettre de conclure son accord sans l'assentiment des grands auteurs actuels, estime l'avocat de Rowling.

Plusieurs ont à ce titre signé la pétition impulsée par Ursula Le Guin. On nage dans tous les cas en plein marasme, alors qu'aujourd'hui, le Opt-Out, ou retrait des oeuvres prendra fin. Nombre d'auteurs ne savent toujours pas quoi faire tant les opinions divergent.

Des modifications cosmétiques

Peter Brantley, cofondateur de l'Open Book Alliance, et plus fervent opposant à Google (en ce qu'il réunit l'Internet Archive et Microsoft, Yahoo! et Amazon...), reste intransigeant : « Il y a eu quelques changements cosmétiques, mais la substance est la même en ce qu'elle impose un monopole de Google et viole les lois. »



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.