Google Books : Les éditeurs réclament 1000 € par livre numérisé

Clément Solym - 11.05.2011

Edition - Justice - editeurs - google - books


Dans la grande querelle qui oppose les éditeurs français au service Google Books, Albin Michel, Flammarion et Gallimard viennent de frapper fort. Selon leurs estimations, 9797 livres ont été abusivement numérisés. Et pour ces titres, le montant de la cagnotte réclamée à Google sera de 9,8 millions €.

Les avocates d'Albin, Josée-Anne Bénazéraff et de Flammarion, Anne Boissard, expliquent qu'une assignation a été expédiée le 6 mai à la filiale française, mais que le groupe Google recevra la même, directement en Californie. Au coeur de leur demande d'assignation, les milliers de livres qui ont été numérisés sans droit de le faire.

Pour les trois maisons, qui ont reçu une liste l'an passé, ce sont 4302 ouvrages pour Gallimard, 2950 pour Flammarion et 2545 pour Albin Michel.

Du côté Gallimard, on confirme à l'AFP que l'assignation a bien été reçue. La somme, ajoute-t-on, « correspond à un tarif fixe de 1.000 euros par oeuvre numérisée dont les éditeurs possèdent les droits. Nous nous sommes limités à celles dont nous étions sûrs qu'elles avaient été reproduites ».

La Martinière en exemple

Et en se fiant aux dédommagements que le Tribunal de grande instance de Paris avait accordés au groupe La Martinière, dans le jugement de décembre 2009, le calcul a été rapidement fait : 1000 € par livre.

Ce fut d'ailleurs la seule fois où Google a été condamné pour cette numérisation massive, et Hervé de la Martinière, le PDG, rappelait en août 2010 qu'il ne regrettait absolument pas l'action qui avait été menée contre la société américaine. (notre actualitté)

Pour mémoire, La Martinière avait obtenu 300.000 € de dommages-intérêts. « Nous avions demandé 15 millions €, c'était un montant symbolique, pour marquer le coup, mais nous savions que nous ne les obtiendrions pas. Il s'agissait de frapper un grand coup, mais également de se montrer dissuasif en cas d'appel, attendu que les conséquences pourraient être plus dures... », expliquait Hervé de La Martinière. (notre actualitté)