Google entre dans les bibliothèques américaines pour apprendre à coder

Bouder Robin - 28.06.2017

Edition - Bibliothèques - informatisation bibliothèques - ateliers de programmation - google partenariat bibliothèques


Pour introduire la conférence annuelle de l'American Library Association, Google a annoncé le lancement d'un programme visant à fournir aux bibliothèques publiques américaines des outils de formation à l'informatique. Le projet sera mis en fonction dès 2018 pour sensibiliser la jeunesse au codage et à la programmation, et leur permettre d'accéder à des connaissances qui sont encore trop souvent réservées à une élite.


StockSnap, Pixabay (Domaine public)

 

En ouverture de la conférence annuelle de l'American Library Association, le 22 juin dernier, Google a créé l'événement en annonçant un partenariat avec les bibliothèques publiques et les écoles des États-Unis. Le but est de les former à l'informatique et au codage pour y sensibiliser la jeunesse à leur tour ; un programme qui coûtera pas moins de 500.000 $ au géant américain.

 

Au total, une cinquantaine de bibliothèques participeront à l'opération, qui s'inscrit dans le cadre du projet « Libraries Ready to Code » lancé par l'ALA en 2016. La première phase consistait à réaliser un plan d'aménagement des bibliothèques américaines, tandis que la deuxième lançait la création de nouveaux masters en Science de l'information et des bibliothèques.

 

Google et l'association fourniront à présent la somme et les conseils d'expertise nécessaires à la création d'un guide d'apprentissage de l'informatique, 3e phase de l'opération. Ce nouvel outil, qui sera disponible dès avril 2018, permettra aux bibliothèques de former les jeunes aux sciences de l'ordinateur.

 

En Californie, Facebook plonge les bibliothèques dans la réalité virtuelle


Google se réjouit de ce partenariat, considérant les bibliothèques comme « la pierre angulaire de nos communautés », comme le souligne Nicky Rigg, de l'équipe de formation en informatique de l'entreprise. « Nous n'avons pas besoin que chacun soit expert dans l'art de programmer, ou d'inciter les enfants à se lancer dans une carrière de codeur », explique Jessie Chavez, ingénieur chez Google. « Mais trop souvent nous voyons des enfants qui arrivent au collège et écartent d'emblée le codage de leur vie, alors qu'ils n'y ont jamais vraiment eu affaire, et ont encore moins été encouragés à y toucher. »

 

Les bibliothèques se serviront ainsi du programme « Libraries Ready to Code » pour donner une chance aux nombreux enfants qui n'ont pas accès à des formations dans l'informatique ; selon le Bureau of Labor Statistics, en 2016, seuls 8 % des postes dans l'informatique étaient occupés par des Afro-Américains, 7 % par des Hispaniques ou des Latinos, et 24 % par des femmes. Le projet a pour objectif de réduire ces inégalités en offrant les mêmes opportunités à tous.

 

Et pour beaucoup, il ne s'agit pas que d'informatique et de codage. Sur le long terme, les enfants apprendront à acquérir de nouvelles mécaniques de réflexion, qu'ils pourront utiliser dans bien d'autres domaines, « qu'ils souhaitent designer des voitures de sport, composer de la musique ou aider à guérir le cancer », selon Jessie Chavez.

 

La conférence annuelle de l'ALA, centrée sur l'informatisation des bibliothèques, était l'occasion pour l'association et Google de dévoiler un aperçu du programme lors de sept ateliers proposant aux visiteurs une introduction à « Ready to Code » et des débats sur la façon dont les bibliothèques pourraient combler leur fossé numérique.

 

Bibliothèques : le troisième lieu « consiste à privilégier la relation humaine »
 

Google et l'ALA ne se cantonneront en tout cas pas à aider 50 bibliothèques, mais, en cas de succès du programme, s'attelleront à un projet plus vaste, qui verra des milliers d'autres écoles et bibliothèques intégrées à « Libraries Ready to Code ». L'opération représenterait ainsi un grand pas pour défaire les inégalités dans l'accès à l'éducation et au savoir.
 

Via Publishers Weekly