Espionnage : Le directeur du FBI s'insurge contre Google et Apple

Julien Helmlinger - 27.09.2014

Edition - FBI - Big Brother - Google - Apple - Données personnelles


Le droit au respect de la vie privée est une liberté conditionnelle, aux Etats-Unis encore davantage qu'en Europe, comme le rappelle à sa façon le boss du FBI, ce jeudi face à quelques journalistes. Alors que les sociétés Apple et Google ont procédé à un renforcement du chiffrement des données personnelles de leurs usagers, pour répondre aux inquiétudes quant à l'espionnage des masses, James Comey estime que cette protection prise à « l'ère Post-Snowden » va trop loin, et empêche la police de faire correctement son travail. 

 

 

 

Apple a annoncé se couper l'accès aux mots de passe des utilisateurs de ses appareils fonctionnant sous la nouvelle version d'iOS 8. Google a réagi en affirmant que son système d'exploitation Android offre une protection similaire depuis un certain temps, et sans besoin d'activation manuelle pour la nouvelle version. Pour James Comey : « Je crois profondément en la loi mais je crois aussi que personne dans ce pays n'est au-dessus des lois. Ce qui m'inquiète ici c'est que des entreprises puissent délibérément faire la promotion de quelque chose qui mette les gens au-dessus des lois. »

 

La question d'un « juste équilibre » des pouvoirs entre citoyens et gouvernements, mais aussi entre clients et entreprises, promis par Barack Obama, est plus que jamais d'actualité.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.