Google lance son propre système d'abonnement : One Pass

Clément Solym - 17.02.2011

Edition - Les maisons - google - one - pass


Google a lancé mercredi son service de vente en ligne, One Pass, pour les éditeurs de presse, auxquels il propose une plate-forme d'où ils pourront vendre abonnements et articles à l'unité. Quant à savoir s’il s’agit d’une réponse au lancement du même service par Apple il y a deux jours, Google répond à l’AFP qu'il s'agissait d'un « développement prévu, et pas d'une annonce de circonstance ».

Disponible en France, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, au Canada, en Italie, en Espagne et en Allemagne, One Pass est une plate-forme « destinée aux éditeurs pour qu'ils puissent, depuis leur propre site internet ou depuis leurs applications, vendre de manière très simple un abonnement ou un accès à un article », a expliqué Philippe Colombet, directeur de Google Actualités pour Google France.

« L'outil technologique est fourni gratuitement à l'éditeur et lorsqu'il y a une transaction - un abonnement ou un paiement à l'acte - l'éditeur reçoit la très grande majorité du revenu sur chaque transaction, environ 90% », indique-t-il. Google percevra donc 10% sur chaque transaction. Ce service « est une étape dans la valorisation de l'information payante, c'est une plate-forme technologique pour faciliter ces micro-paiements aussi bien pour l'éditeur que pour l'internaute ».


Cette offre se fait en partenariat avec Le Nouvel Observateur en France, Tomorrow Focus, Gruner & Jahr, Axel Springer en Allemagne, Prisa en Espagne et Rust Communications aux Etats-Unis, a précisé Google.L’avantage de cette plate-forme, selon le groupe américain, est qu’elle peut être intégrée dans un site Internet ou une application mobile.

Une fois qu'un utilisateur a créé son compte One Pass, il peut acheter du contenu auprès des éditeurs ayant adopté le système et y accéder depuis un site Web, un smartphone ou une tablette. Une fois connecté à One Pass, un utilisateur pourra se rendre sur les sites de différents éditeurs et acheter du contenu sans avoir à se reconnecter à chaque fois.

Apple a dévoilé mardi son propre service d'abonnements à diverses formes de médias (presse, musique, vidéos) à travers l’App Store, annonçant qu’il prendra une commission de 30% des recettes d'abonnements via ce système.James McQuivey, du cabinet de conseil en technologies Forrester research, estime que « ponctionner 30% des revenus représente une telle hausse des coûts pour une économie de contenus » que celle-ci pourrait ne pas s'en remettre.

« Je défends résolument le droit d'Apple de fixer les prix de ses produits comme bon lui semble. Mais c'est un raisonnement à courte vue », dit-il en notant qu'ainsi, « Apple a donné aux éditeurs, distributeurs et producteurs une bonne raison de chercher une alternative » à cette offre. Dan Kennedy, professeur de journalisme à l'université Boston's Northeastern, estime également que la proposition d'Apple « paraît si chère qu'il est peu probable que beaucoup de publications l'adoptent ». « Ou alors ils s'en iront dès qu'ils trouveront un système meilleure », a-t-il ajouté. (via ZDNet)


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.