Google lutte contre le pillage de contenu et les scrapers sites

Clément Solym - 31.08.2011

Edition - Justice - internet - piller - sites


Les sites qui recourent à la méthode du scraping sont légion. Leur fonctionnement est simple : ils automatisent l'extraction de contenu depuis un site, par des biais logiciels divers, et le réutilisent sans vergogne.

Une forme de pillage logiquement sanctionnée par Google, dans ses résultats de recherche, et que l'algorithme Panda devrait plus encore réprimer.

Or, parmi les victimes du scraping, on compte évidemment les écrivains, producteurs de texte par essence. Un simple copier-coller, et voilà que tout un chapitre vous est dérobé au profit d'un site ayant décidé de le faire sien.


Mais décidé à lutter activement, et plus encore, contre cette méthode, qui pourrit les résultats de recherche que le moteur de Google peut proposer, la société vient de mettre en place une campagne pour l'aider dans sa quête.

Une page spéciale consacrée à la dénonciation des Scraper Pages. « Google teste des modifications de son algorithme pour [lutter contre] les scraper sites (et plus particulièrement les blog scrapers). Nous vous demandons des exemples, et pouvons utiliser les informations que vous nous soumettez pour éprouver notre algorithme. »

Pour accéder au site, c'est par cette adresse.

Google ne demande après tout que de proposer deux liens, l'un qui serait la source, l'autre qui serait le site du plagiaire. Et si le coeur vous en dit, il est possible d'ajouter quelques commentaires personnels. La question reste : et si je propose comme source originale le contenu pillé et donne à l'inverse le contenu originel comme pilleur, que se passera-t-il ?

Restera encore à régler leur compte aux fermes à contenu, qui agissent sur un modèle similaire, et leur déclinaison dans le domaine du livre, qui pullule actuellement chez Amazon. (voir notre actualitté)

(voir Scraper sites, sur Wikipedia)