Google paiera mieux les auteurs indépendants

Clément Solym - 19.10.2020

Edition - Economie - google livres auteurs - rémunération auteurs ebook - vente ebooks Google


Google fait un geste, un beau geste — même si rien n’est gratuit. Depuis juillet dernier, la firme expérimente de nouvelles conditions de rémunérations pour certains territoires : États-Unis, Canada et Australie ont servi de cobayes. Mais depuis la semaine passée, d’autres marchés sont concernés : l’argent coulera à flots !


 

La norme, fixée par un certain Kindle Direct Publishing depuis des années (sous réserve de respecter les consignes d’Amazon) a marqué les esprits : 70 % du prix du livre pour l’auteur, 30 % pour le distributeur. Or, Google Play Books était encore en retard sur ce fonctionnement, et finit par s’adapter aux recommandations d’Amazon. 

Désormais, dans soixante pays, y compris la France, le montant des droits perçus bascule donc sur 70 %, pour ceux qui acceptent les nouvelles consignes d’utilisation. Pour les autres territoires, la redevance est maintenue à 52 %, pointe le Digital Reader.

« Google Play Livres propose une part de revenus de 70 % sur les ventes d'e-books dans la plupart des pays où Google Play Livres est disponible pour les partenaires ayant accepté nos nouvelles conditions d'utilisation, entrées en vigueur en 2019. La part de revenus par défaut standard est de 52 % pour les partenaires qui n'ont pas accepté nos nouvelles conditions d'utilisation et pour les ventes d'e-books dans certains pays », explique ainsi la firme.

Attention : les 70 % versés sont valables dans les soixante pays concernés, les autres demeurent sur la base de 52 % de revenus. Et comme toujours, si Google Play Books constate que votre ebook est vendu moins cher sur une autre plateforme, il se réserve le droit arbitraire — comme tous les autres — de diminuer le prix de vente.
 
La liste des pays concernés est la suivante : Argentine, Australie, Autriche, Bahreïn, Biélorussie, Belgique, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, République tchèque, Danemark, République dominicaine, Équateur, Égypte, El Salvador, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Guatemala, Honduras, Hongrie, Irlande, Italie, Jordanie, Kazakhstan, Koweït, Kirghizistan, Lettonie, Liban, Lituanie, Luxembourg, Mexique, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Norvège, Oman, Panama, Paraguay, Pérou, Pologne, Portugal, Qatar, Roumanie, Russie, Arabie saoudite, Slovaquie, Afrique du Sud, Espagne, Suède, Suisse, Turquie, Ukraine, Émirats arabes unis, Royaume-Uni, États-Unis, Uruguay, Ouzbékistan et Venezuela.


illustrationb : kschneider2991 CC 0


Commentaires
Voilà la raison pour laquelle les epub ne décollent pas en général : les éditeurs veulent les distribuer avec le même système que celui du papier... ça ne marche pas.

Un epub ne coûte rien à produire, à stocker, à distribuer et à vendre... Le prix est exorbitant et les gains pour l'auteur misérables.

Amazon et Google, quoi qu'on puisse leur reprocher par ailleurs, ont parfaitement compris cela : dans quelques années, quand la génération papier aura disparu, les éditeurs viendront pleurnicher, comme les libraires aujourd'hui, en disant que Google et Amazon ont tué le livre.

En fait, ils auront juste mis en place que ce les mêmes éditeurs aujourd'hui refusent de faire : un livre numérique très accessible, au tiers du prix du papier, avec une grosse partie à l'auteur.

Mais les éditeurs, par manque de vision et un côté grippe-sou (non affirmé : on travaille pour l'art en cherchant des « voix » môssier !) sont seulement en train de découper les planches de leurs cercueils. Amazon et Google enfonceront les clous dans quelques années.

Rendez-vous dans quelques années !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.