Grande-Bretagne : 300 bibliothèques disparaîtraient en 2013

Antoine Oury - 11.01.2013

Edition - International - Grande-Bretagne - bibliothèques - volontaire


Un triste record pourrait être battu cette année en Grande-Bretagne, puisque 300 bibliothèques pourraient fermer leur porte sur décision des autorités locales en 2013. Et ce, alors même que le chiffre de 2012 atteint déjà des sommets : 201 établissements ont en effet fermé définitivement leurs portes l'année dernière, dont quelques bâtiments mémorables comme la Kensal Rise Library fondée par Mark Twain.

 


Library Closed

bigoteetoe, CC BY-NC-SA 2.0

 

Si le décompte des établissements fermés provient du Chartered Institute of Public Finance and Accountancy (CIPFA), le signal d'alarme est tiré par Phil Bradley, président du Chartered Institute for Library and Information Professionals (CILIP) : « Tout indique que 2013 sera aussi morne que 2012, voire même encore plus déprimant. » Près de 300 établissements, 263 fixes et 40 bibliothèques mobiles, seraient menacés à court ou moyen terme.

 

Desmond Clarke, militant et activiste pro-bibliothèque de longue date, ne cache pas son inquiétude : « Avec un peu de chance, la réalité de la situation devenant indéniable, ceux qui souhaitent un service efficace de prêt public se joindront aux auteurs et aux militants pour se mesurer à la crise. Je rêve même que les bibliothèques publiques se fédèrent sous une bannière dont elles ont tellement besoin. »

 

Son collègue et auteur jeunesse Alan Gibbons n'a pas tu ses critiques sur la gestion de la crise par Ed Vaizey, le ministre de la Culture, qu'il compare à Ponce Pilate dans sa propension à « éviter toute responsabilité ». Tous comptent également sur le rapport de William Sieghart, commandé par le gouvernement, à propos du prêt de livres numériques qui laisse espérer une relance de l'intérêt pour la lecture.

 

Le rassemblement tant espéré s'est en tout cas amorcé à Newcastle, en Irlande du Nord, où les autorités locales ont prévu la fermeture de 10 bilbiothèques sur les 18 que compte la ville, et ce afin d'économiser près de 100 millions £. L'annonce de la décision, et l'appel du groupe Save Newcastle Libraries ont permis de fédérer 250 personnes pour la défense du service public des bibliothèques.