Grèce et zone euro : Günter Grass dénonce le pilori de l'Europe

Clément Solym - 26.05.2012

Edition - International - Günter Grass


Dans un entretien exclusif, accordé à Süddeutsche Zeitung, l'écrivain allemand, et prix Nobel de littérature, Günter Grass dénonce la crise européenne, et surtout, la passivité des États alors que la Grèce est tout bonnement sacrifiée. La Commission européenne pincerait-elle le nez ? 

 

C'est avec un poème - un autre ! - que l'écrivain attaque frontalement : « Le Chaos st proche, parce que le marché n'est pas juste », un ver claqué, pour montrer comment l'Europe a mis la Grèce au pilori, en le privant de ses droits. Si Günter condamne également la pauvreté qui frappe le berceau de la démocratie, il partage avant tout la colère des Grecs. 

 

Toute une histoire

Tous les livres de

Günter Grass

dans notre librairie

Quelques semaines après avoir mis le feu au Moyen-Orient, avec un poème où il attaquait Israël, dénonçant la menace militaire représentée par le pays, ce nouveau texte marque une fois de plus son engagement politique.


Dans L'Europe de la honte, il interpelle toutes et tous, alors qu'en Allemagne, un récent sondage a montré que plus de 60 % des Allemands sont opposés à ce que la Grèce soit maintenue dans la zone euro. 

Le texte est intéressant, alternant les références mythiques et historiques - comme ce parallèle entre la ciguë qu'Athènes fit boire à Socrate condamné, et ce poison que l'Europe donne à boire à la Grèce dans une coupe mortelle.


A la différence que l'on avait proposé à Socrate de s'échapper, et fuir la condamnation à mort - et qu'il l'avait refusé, en accord avec ses convictions de citoyen.

 

Pour l'heure, le gouvernement fédéral n'a pas encore répondu ni commenté ces quelques vers. Douze strophes de deux vers forts, à découvrir en exclusivité sur le site

 

Toute la zone euro étudie depuis plusieurs jours les conséquences d'une sortie de la Grèce. Un plan d'urgence a été élaboré dans cette hypothèse. C'est que l'on veut bien garder la Grèce, évidemment, mais pas n'importe comment - et surtout, en mesurant les coûts que cela pourrait avoir.