Grenoble : un deuxième album pour la librairie Arthaud, Uderzo compris

Antoine Oury - 13.01.2014

Edition - Librairies - librairie Arthaud - bande dessinée - reprise


Dans le grand sérail des librairies Chapitre en attente de reprise, la librairie Arthaud de Grenoble a beaucoup fait parler d'elle. Et pour cause : établissement historique à Grenoble, sa disparition fragiliserait plus d'un maillon de la chaîne du livre dans la région. L'association Les amis de la librairie Arthaud publie une deuxième édition de son album BD, enrichie de plusieurs planches. Et non des moindres...

 

 

 

 

En septembre dernier, l'association Les amis de la librairie Arthaud proposait un premier album, riche de quelque 76 grands noms de la bande dessinée européenne, mobilisés pour le fameux établissement. Le tirage de 1000 exemplaires s'est rapidement écoulé, ce qui n'est pas bien étonnant pour un ouvrage de cette qualité et un prix aussi bas (10 €), sans parler du soutien aux salariés.

 

Fabrice Eyraud, responsable BD chez Arthaud, a donc décidé de doubler la mise : « En passionné de bande dessinée, je me suis dit que, quitte à faire une réédition, autant y ajouter des planches inédites. » L'équipe de l'association tablait sur 12 dessins inédits, elle en a reçu 28...

 

Une nouvelle preuve du soutien en faveur de la librairie, en prolongement d'activité jusqu'au 10 février prochain. « Si aucune offre de reprise n'est validée à cette date, le rideau de fer ne se relèvera pas. » Bien sûr, d'autres repreneurs pourront se manifester après cette date, mais rien ne dit qu'une banque ou une assurance ne prendra pas place entre les murs.

 

Comme à Nancy, personne ne souhaite cette conclusion pour Arthaud : « Les librairies voisines ont vendu notre album sans marge, et nous avons collecté 63.000 signatures, sur Internet ou en magasin », signale Fabrice Eyraud. Tous les vendeurs de livres s'accordent : « Si Arthaud ferme, c'est une passerelle sur Grenoble qui disparaît, et une zone de chalandise fragilisée », explique Eyraud. Des parts de marché pourraient être récupérées par les autres commerçants, mais l'option n'est définitivement pas envisageable.

 

 

Dessin de Roger Brunel

 

 

« D'autant plus que l'expérience, et une étude du Syndicat de la Librairie Française, ont prouvé que la fermeture d'une librairie provoque environ 20 % de départs de clients, qui ne reviendront pas en librairie. » Pour le moment, l'activité se poursuit, donc, avec des stocks réduits et « un différentiel d'une semaine sur les nouveautés » consécutif à la frilosité des fournisseurs. En tant que grand établissement, Arthaud bénéficie toutefois d'un stock important. Dans tous les cas, le mandataire judiciaire chargé du dossier a souhaité garder les librairies ouvertes, pour faciliter la reprise.

 

Les bénéfices tirés de la vente de l'album sont intégralement reversés au bénéfice de l'association Les amis de la librairie Arthaud, apolitique. Ces fonds seront utilisés pour aider le repreneur, même si, avec son statut, l'association ne peut aider directement une entité privée. Ils seront donc utilisés pour faciliter le processus, en participant à l'achat de billets de train, dans la communication, ou d'autres frais qui pourraient être engagés par le processus de reprise. Les fonds pourront également servir après ce processus, pour le même type de dépenses. Ils ne sont en aucun cas utilisés pour des frais syndicaux, comme certains mauvais esprits ont pu le suggérer.

 

La municipalité et le conseil général avaient intégralement couvert les frais du premier album, et ont soutenu la 2e édition de celui-ci. Fabrice Eyraud a en tout cas eu une bonne surprise lors de sa préparation : « Je revenais d'une réunion assez difficile, courant novembre. Je reçois un appel : "Bonjour, ce sont les éditions Albert René, Monsieur Uderzo souhaite vous faire parvenir un dessin, on vous l'envoie pour validation." J'étais comme un gamin. » La planche est un ancien dessin, modifié pour l'occasion.

 

Ce nouvel album, qui comprend donc 72 pages, a réuni 79 dessinateurs et affiche 28 illustrations, sera vendu 12 €.

 

Le bon de commande est disponible par ici.

 

Par Toutatis, il faut sauver Arthaud !

 

 

 

Le dessin retoqué d'Albert Uderzo