Grève à Radio France : Fleur Pellerin sonne l'heure de la médiation

Cécile Mazin - 10.04.2015

Edition - Société - Radio France - grève service public - Fleur Pellerin médiateur


Après 23 jours de grève sur les ondes de Radio France, la ministre de la Culture vient de nommer un médiateur pour arriver à une résolution du conflit. Lancé le 19 mars dernier, le mouvement social s'est quelque peu détendu, avec un retour sur l'antenne de certaines émissions. Mais Fleur Pellerin semble avoir compris que les syndicats avaient du mal à supporter l'actuel PDG de la Maison de la Radio.

 

Radio France en grève - Salon du Livre de Paris 2015
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

C'était presque une drôle de coïncidence : le prix du Livre Inter a dévoilé cette semaine la liste des 10 romans retenus, ainsi que le président du jury, Jean-Christophe Rufin. Mais cette année, mouvement de grève oblige, pas d'émission spéciale, pas d'antenne consacrée au livre, à la lecture... Alors ce sont les anciens lauréats du prix du Livre Inter qui ont signé une tribune sur LeMonde.fr, pour apporter eux aussi leur soutien au service public. 

 

Ils évoquent le prix, son « indépendance de jugement », et qu'il importe de préserver à l'instar de l'ensemble des émissions que propose Radio France.

Aujourd'hui, nous pensons que les moyens de ce combat intellectuel sont en danger, et nous voulons exprimer tout notre soutien aux grévistes de Radio France. Nous pensons en effet que le prix Inter représente très bien ce que peut être la liberté du service public et que nous ne voulons pas perdre : une sphère qui n'est comptable vis-à-vis d'aucun sponsor ou intérêt politique. Nous sommes inquiets par conséquent que les perspectives s'amenuisent pour la liberté de ces antennes : la baisse des moyens pour les rédactions, la précarité croissante de tous ceux qui font les magazines et les émissions menacent leur indépendance. Elles menacent leur capacité à décider en fonction de leur expérience, de leurs goûts, de leur culture, et non pour plaire à des décideurs extérieurs ou pour satisfaire des intérêts qui n'ont rien à voir avec le débat intellectuel ou politique. 

 

Fleur Pellerin ne compte pas parmi les signataires, certes. Pas plus que le médiateur qui sera chargé de faire la jonction entre les organisations syndicales et Mathieu Gallet, qui est devenu la bête noire. Les syndicats en avaient appelé à la ministre elle-même pour intervenir comme médiatrice, alors qu'elle ne souhaitait plus que les négociations se poursuivent avec le patronat.

 

« Cette situation pénalise les auditeurs des différentes antennes qui témoignent de leur frustration et de leur incompréhension. Elle empêche toute discussion sur le projet que souhaite porter la présidence de l'entreprise, tandis que les salariés expriment leurs inquiétudes », insiste Fleur Pellerin. 

 

Depuis le 3 avril, les orientations de l'État sont connues, répondant au projet que le président Gallet avait présenté. « J'ai par ailleurs tenu à donner toutes ses chances au dialogue social interne à l'entreprise. Aujourd'hui je ne peux que constater le blocage total des différentes discussions. »  

 

Les deux phases de la mission de Dominique-Jean Chertier sont les suivantes : 

La première, immédiate, doit permettre dans les plus brefs délais, la fin du conflit, la reprise des antennes et le retour aux conditions normales du dialogue social.

La seconde phase doit permettre d'accompagner, sur la durée de négociation du contrat d'objectifs et de moyens 2015-2019, la mise en place d'un dialogue social effectif et respectueux et d'une méthode de travail. Il s'agit d'assurer un partage du diagnostic sur la situation de l'entreprise, et de finaliser le contrat d'objectifs et de moyens de Radio France dans le cadre que j'ai fixé par ma lettre du 3 avril, en particulier sur l'ambition éditoriale et culturelle que doit porter Radio France, sur la politique musicale, ainsi que sur les mesures de retour à l'équilibre et le chantier de la modernisation sociale.

 

La première rencontre doit avoir lieu ce matin même rue de Valois.