Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Groupe Editis : une rentrée sur fond de négociations sociales

Clément Solym - 06.09.2017

Edition - Les maisons - groupe Editis Planeta - rentrée sociale négociations - éditeurs livres planeta


La rentrée coïncide toujours avec le retour des négociations sociales. L’édition n’y coupe pas et plus spécifiquement, le groupe Editis. Suite à la publication des résultats 2016, à l’occasion d’une réunion du Comité de groupe en juin dernier, les différents syndicats ont rappelé quelques faits élémentaires. Et probablement très significatifs.


Editis (Grupo Planeta) - Frankfurt Buchmesse 2015
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

L’intersyndicale évoquait en effet, au sortir de la diffusion des analyses « des résultats 2016 exceptionnels, Editis ayant réalisé le meilleur exercice depuis le rachat par Planeta en 2008 ». Sur ce point, José Manuel Lara fils, l’actuel PDG de Grupo Planeta, s’accorderait plutôt avec les syndicats.

 

Dans un courrier, ce dernier reconnaît la qualité des chiffres de 2016, mais également « l’impact déterminant de notre activité Éducation & Référence sur ces derniers ». Le groupe Editis affiche un chiffre d’affaires de près de 817 millions d’euros pour un résultat opérationnel courant de 92,3 millions €.

 

C’est là que les avis divergent : le PDG fait en effet preuve de prudence, en évoquant les conclusions de la rencontre de juin dernier, et les « difficultés du marché du livre en France. 2017, explique-t-il, « nous apporte aussi des incertitudes sur l’évolution de nos métiers dans l’avenir ».

 

Une frilosité que ne partagent pas les organisations syndicales. Ces dernières rappellent que le groupe porte actuellement un grand projet de rassemblement, « toutes les activités éditoriales d’Editis  [...] dans un but de cohésion et pour créer une image de Groupe forte ». Il s'agit en l'occurrence de la plateforme Lisez.com

 

Lisez.com : la plateforme globale des éditeurs de littérature d'Editis
 

Et de rappeler que si la structure a pu bénéficier d’un essor tant économique que stratégique, c’est avant tout qu’ils résultent de « l’implication, de l’engagement et du travail de chacun des salariés d’Editis ». 

 

L’intersyndicale souligne : « Cette stratégie de développement s’appuie sur des investissements importants, mais nous vous rappelons qu’il est capital d’investir aussi sur les salariés pour s’assurer du succès de ces ambitions. » 

 

Au terme de la séance plénière du Comité de groupe, du 13 juin dernier, elle avait réclamé qu’une prime exceptionnelle pour l’ensemble des salariés – d’un montant de 2000 € – soit versée.
 

Editis Grupo Planeta étend son projet international d’enseignement supérieur


Une demande que le PDG ne semble pas totalement exclure. Il entend cependant plutôt proposer des formules d’épargne salariale aux collaborateurs du groupe, considérant que « si notre développement repose bien sur l’implication, l’engagement et le travail de chacun sur le long terme, alors nos investissements auprès des salariés peuvent aussi s’inscrire sur le long terme ».

 

Les discussions vont pouvoir reprendre...