Guns N' Roses : trop de drogues et de sexe à haut risque

Clément Solym - 01.09.2008

Edition - Les maisons - Guns - Roses - drogue


Stephen Davis vient de publier un nouveau livre qui ne manquera pas d'alimenter la rumeur - mais parlera-t-on encore de rumeurs à ce stade - qui veut que les rockeurs soient des assoiffés de sexe à haut risque et des consommateurs insatiables de drogues diverses.

Dans 'Watch You Bleed: The Saga of Guns N' Roses', récemment paru chez Gotham, l'historien de la musique s'est penché sur le cas du groupe Guns N' Roses montrant que les musiciens américains vivent d'excès en tous genres.

On y apprend alors que Slash, le guitariste que l'on a toujours vu en photo avec une cigarette vissée à la bouche se mettait régulièrement en danger avec de multiples partenaires, et généralement des groupies, en ayant des rapports sexuels non protégés. Dans les années 90, le guitariste avait même déclaré : "Si boire ne me tue pas, alors le SIDA y parviendra."

Charmant.

Stephen détaille également le comportement paranoïaque d'Axl Rose ou encore les dernières fuites qui pourraient valoir de la prison à un blogueur qui a diffusé sur le net des chansons inédites du dernier album, Chinese Democracy.

Et en fin critique, Davis lâche justement au sujet de ce nouveau disque : « Nous l'avons entendu, et ce n'est pas très bon. Ce grand groupe ne pourra-t-il pas mourir avec dignité ? »

'Appetite for Destruction' serait-il plus que le nom d'un album ? Un véritable... way of life ?