H2T, la prépublication numérique de manga made in France

Fasseur Barbara - 06.07.2018

Edition - Les maisons - H2T weeklycomics édition - création originale H2T - Manga Pika H2T


#JapanExpo18 – Pour parler de la création manga en France, c’est Mahmoud Larguem, cofondateur de la maison d’édition H2T qui se prête à l’exercice. Fraîchement intégré au groupe Hachette par le biais de Pika Édition, H2T incarne dorénavant le pôle création de la maison manga. C’est en adaptant au marché français des habitudes japonaises que H2T entend révéler de nouveaux talents.



 

Chez H2T c’est l’originalité du manga de création qui prime. La maison reçoit des dossiers, mais part également en chasse pour dénicher de jeunes talents français et européen grâce aux nouveaux outils en ligne. « Internet est un objet merveilleux, des plateformes comme Tipeee, Patreon, Facebook, Twitter ou encore Deviant Art permettent aux artistes de partager leur travail et nous de les découvrir. »
 

D'abord, être saisi par une identité
 

Parfois, ce sont les artistes-auteurs qui contactent eux-mêmes H2T en leur faisant parvenir un dossier d’édition. « Ce doit être la carte d’identité d’un projet. Il doit faire transparaître la personnalité de l’artiste, l’originalité du projet. » Ensuite, le projet sera peaufiné et affiné à quatre mains entre mangaka en devenir et éditeur pour mener au story-board.
 

« Un story-board de manga doit être pensé comme celui d’un film. Ce doit être un enchaînement d’images fortes et pour autant très simplifiées. Chaque plan doit faire passer le maximum d’émotion. Il deviendra une ossature primaire qui pourra ensuite être adaptée, corrigée et modulée. » De là et dans tout le processus éditorial, c’est une véritable mise en avant des univers qui est entreprise. H2T replace ainsi l’éditeur au cœur de processus de création aux côtés de l’auteur.
 

Et c’est sans doute l'une des importantes différences avec le rachat de licence japonaise. Le dialogue et les échanges constants entre éditeur et mangaka permettent à chacun d’apprendre de l’autre afin de livrer un objet manga le plus abouti possible. Les planches seront partagées, corrigées, annotées toujours avec l’accord des deux parties.
 

« On essaie d’apprendre à nos auteurs à équilibrer leur technique de dessin quand c’est nécessaire. En tant qu’éditeur, nous pensons à certains détails qui peuvent échapper aux mangakas en devenir. Notre Champ d’intervention technique nous permet d’éviter les problèmes bien en amont. »
 

Prépublication numérique, retour aux bases
 

À l’heure actuelle, l’éditeur a une vingtaine de séries à son actif. Certain déjà publié au format papier et d’autre, encore, au stade de la prépublication sur la plateforme de la maison weeklycomics.com. En effet, même si la création d’un manga original comporte de nombreuses spécificités comparer à l’achat de licence déjà existante au Japon certains éléments peuvent être repris dont le système de prépublication très répandu dans l’archipel nippon.
 

La prépublication est un outil extrêmement puissant au Japon. Elle permet au lecteur de découvrir un titre chapitre par chapitre dans les magazines papier dédié. « Mais ces magazines imprimés de la taille d’un annuaire voués à finir à la poubelle, ce n’est pas adapté aux habitudes de consommation françaises, d’où notre choix d’utiliser Internet. » 
 

Ainsi les premiers chapitres de chacune des séries sont disponibles gratuitement, puis les suivants sont proposés à l’achat pour 50 centimes environ. Ce système permet à l’auteur d’être en contact avec ses lecteurs durant la conception de son titre et de recevoir des commentaires et des critiques afin de le guider dans le développement du récit. De plus cette solution permet de mettre à profit la communauté de fans déjà présente autour de l’artiste.
 

À terme, ces chapitres deviendront tous des tomes papier avec des contenus exclusifs pour que l’offre reste attrayante même si le lecteur en connaît déjà le contenu. Pour satisfaire tous les lecteurs, le catalogue numérique et papier est très varié, des classiques shojo et shonen en passant par le José plus mature, il y en a pour tous les goûts.
 

Une approche économique vertueuse


Créé en mars 2016, H2T est aussi une volonté de venir en aide aux auteurs en situation de précarité en leur offrant une visibilité plus forte, en leur permettant d’être présents sur weeklycomics qui est vu comme un véritable outil. Ainsi, pour les chapitres prépubliés sur la plateforme de prépublication, l’artiste touchera 60 % de droit d’auteur. Ce pourcentage qui l’accompagne et l’encourage durant l’écriture du tome remplace en quelque sorte la traditionnelle avance sur droits. 

Ainsi, une fois la publication papier entamée, pas d’à-valoir à rembourser, l’artiste touche alors ses droits d’auteur (autour d’une dizaine de % fluctuant selon les titres) dès les premières ventes. « Ce n’est pas LA solution, mais c’est une solution qui nous semblait la plus juste et efficace. »

« On est en pleine période de transition. Le numérique devrait servir de tremplin à de grandes discussions permettant de trouver des solutions concernant le statut des auteurs de manière intelligente. Les éditeurs doivent être partie prenante de la souffrance des auteurs pour leur montrer que l’on est tous dans le même bateau et qu’ils ne sont pas seuls à se battre face à ça. » 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.