Habitudes d'écrivains : se lever tôt provoque des prix littéraires

Clément Solym - 27.12.2014

Edition - Société - habitudes auteurs écrire - sommeil dormir picoler - romans essais théâtre


Dans leurs biographies, voire dans les informations plus contestables, puisées dans les autobiographies, les écrivains donnent quelques informations sur leur mode de vie. La quantité de sommeil, le nombre d'heures dormies chaque nuit, et le travail qu'ils parviennent à abattre quotidiennement. Juste assez pour fabriquer une infographie qui va de Honoré de Balzac, à Charles Bukowski – et devinez qui dormait le plus ?

 

 099/365

Erich Stüssi, CC BY SA 2.0.

 

 

Parce que le sommeil n'est pas toujours en relation directe avec la productivité, certains auteurs n'avaient clairement pas besoin d'un immense repos pour se lancer dans la rédaction d'un nouveau roman. Et le champion toutes catégories des lève-tôt, c'est Balzac, devant Murakami ou Sylvia Plath. Le roi des grasses matinées, incontestablement, c'est Bukowski, et l'on a même peine à croire qu'il soit en mesure de quitter son lit si rapidement. Il faudrait également mettre en relation tout cela avec les confidences de Hunter S. Thompson, ce qui ne manquerait pas de faire écarquiller les yeux. 

 

Trente-sept écrivains sont passés en revue pour cette infographie, classés du plus prompt à délaisser Morphé à celui qui n'y parvient que contraint et forcé. Les illustrations sont de Wendy MacNaughton, et le tout est proposé par Brain Pickings

 

Bien entendu, cette corrélation entre sommeil et production montre également que les lève-tard semblent produire plus d'œuvres, mais gagner moins de prix littéraires que les lève-tôt. Reste que le sommeil n'est qu'un des facteurs, parmi d'autres. Il suffit de cliquer sur l'image pour l'agrandir pleinement.