Hachette ferme sa filiale d'édition en Nouvelle-Zélande

Antoine Oury - 26.07.2013

Edition - Les maisons - Hachette Book Group - Nouvelle-Zélande - filiale édition


Le groupe Hachette a fait part de sa décision de cesser ses activités d'édition et de distribution en Nouvelle-Zélande, en raison d'une concurrence du dématérialisé trop importante, d'après son diagnostic. L'année sera bel et bien bouclée, mais les portes seront fermées dès 2014, occasionnant une quinzaine de suppressions de postes. 

 


Sans titre

lifacolor, CC BY 2.0

 

 

Malcolm Edwards, le directeur des opérations en Australie et Nouvelle-Zélande, a précisé que les services financiers et administratifs allaient être transférés en Tasmanie, et que les activités allaient se recentrer sur la promotion et le marketing des titres internationaux dans le pays, tout comme ceux du fonds néo-zélandais.

 

D'après le directeur, « l'augmentation de l'approvisionnement à l'étranger en matière de livre, au détriment du commerce local » aurait également impacté sur les activités. Selon Graham Beattie, ancien directeur chez Penguin Books Nouvelle-Zélande, la disparition de Hachette sur le plan de l'édition néo-zélandaise permettra aux auteurs de se tourner vers les indépendants, mais que ce revirement rendra plus délicat l'exportation hors des frontières du pays.

 

En effet, le réseau de distribution de Hachette sera également fermé à la fin de l'année. Le mois dernier, l'éditeur HarperCollins faisait de même avec son propre réseau de distribution.

 

D'ailleurs, en parlant de dématérialisation, c'est en Nouvelle-Zélande qu'un acteur numérique, Kobo, a décidé de lancer un projet pilote de prêt d'ebooks en bibliothèques. Considérant que la place est à prendre, assure le fabricant, le projet vise à poursuivre la démarche d'implantation sur un territoire négligé par ses concurrents.