Hachette : la littérature générale et le numérique vont bien

Clément Solym - 13.11.2012

Edition - Economie - Lagardère - Hachette - édition


Avec un chiffre d'affaires de 5,352 milliards € sur les trois premiers trimestres, quasi stable (-0,3 %) à données comparables, Lagardère, le groupe affiche une relative bonne humeur, et souligne « notamment par un retour à la croissance des ventes chez Lagardère Publishing ». Pour ce seul troisième trimestre, le CA est de 1,963 milliards €, quasi-stable également à -0,4 %.

 

 

 

 

Dans la division éditoriale, Lagardère Publishing, le groupe annonce « reprise de la croissance, avec un chiffre d'affaires de 626 M€ (+ 4,2 % en données brutes, + 0,1 % à données comparables). Comme annoncé, l'activité s'est redressée au troisième trimestre avec une forte progression de la Littérature Générale en France (+ 12,4 %), au Royaume-Uni (+ 17 %) et aux États-Unis (+ 7,3 %), avec notamment la parution du dernier roman de J.K. Rowling Une place à prendre ». 

 

L'éditeur note une amélioration par rapport au précédent trimestre, et souligne une bonne performance de la littérature générale pour ce trimestre. JK Rowling a manifestement fait son petit effet, ainsi que E.L. James, avec le Fifty Shades of Grey. Pour LP, « ces ventes contribueront au chiffre d'affaires du quatrième trimestre ». 

 

Toutefois, une nuance est apportée, par un ralentissement de l'activité éducation, sur les marchés français, espagnol et britannique.

 

En France, justement, la littérature générale s'envole avec +12,4 % - Rowling, Connelly et Grégoire Delacourt en sont les principaux acteurs. Cependant, le renouvellement des programmes scolaires étant assez faible cette année, les améliorations ne compensent pas les 5,9 % de baisse dans l'Éducation. 

 

Chez les Britanniques et aux États-Unis, la littérature générale prend respectivement 17 % et 7,3 %, tandis que l'activité se contracte en Espagne, avec -5,4 %. 

 

Les grandes nouvelles viennent cependant du côté numérique de la Force. « Le livre numérique poursuit sa progression et représente au 3e trimestre 20 % du marché Adult trad aux États-Unis, 20 % au Royaume-Uni, soit 6,4 % du total des ventes de la branche Lagardère Publishing.

 

La baisse relative du poids du numérique par rapport au premier semestre s'explique par un décalage temporaire de comptabilisation entre les ventes de livres papier et les ventes numériques, en particulier sur les exemplaires du livre de J.K. Rowling notamment. »