Hachette : la rémunération sur les ebooks au détriment des auteurs

Clément Solym - 13.11.2008

Edition - Société - droits - auteurs - France


C'est le mois dernier que se tenait une série de conférences organisées par la région Centre sur le thème Le livre en Europe (plus d'informations). Plusieurs ateliers étaient animés, dont un particulièrement intéressant ayant pour thème "Mutations économiques et technologies".

Droits d'auteur : qui est la vache à lait ?

Stéphanie Van Duin, présidente de la commission numérique du SNE entre autres, menait cet atelier. Quelques questions ont pu être posées et les réponses sont étonnantes.

Qu'en était-il pour Hachette des droits d'auteurs et sur quelle durée, puisque nous sommes face à un processus de duplication infini et pérenne en théorie ? « Les réponses oscillaient entre celles d'un normand, et le rougissement muet ! », confie notre observateur.

De simples droits dérivés, ou le coup de maître

« Nous avons appris que le SNE a donc développé un avenant au contrat d'édition au titre des droits premiers et non des droits dérivés : les droits d'auteurs sont la rémunération habituelle des droits premiers. Si cet avenant considérait cette transformation du livre en livre numérique comme la transformation du projet premier en exploitation dérivée, les droits n'étaient plus du tout les mêmes. Disons 10 % pour les droits premiers, mais 50/50 pour les droits dérivés entre l'éditeur et l'auteur ! Un coup de maître... » On n'est pas loin des arrangements douteux réalisés par la maison Random House, dont nous parlions hier.

Cet avenant avait été dénoncé avant même sa présentation à la profession. Tout se fait dans les secrets d'alcôve des grandes maisons qui ont des capacités d'investissements... Nous ne savons toujours pas quel est le laps de temps ouvrant des droits, et cette question est restée sans réponse de la part de Mme Van Duin.

Le prix des ebooks ? Mais le marché est trop récent !

Quant au prix de l'ouvrage numérique, nous expliquait-elle, « comme le marché est trop récent et qu'aucun modèle économique ne s'est encore dégagé, Hachette a pris le parti d'indexer les ouvrages numériques sur le prix papier : par exemple, un ouvrage en librairie est au prix de 19 euros. Au format numérique il sera à 16 euros... » Cela ne vous rappelle-t-il pas l'industrie du disque avec l'arrivée du CD musical ? C'est en tout cas tout le contraire de ce que le rapport Livre numérique de Bruno Patino préconisait...

En outre, un travail de lobbying actif est effectué depuis plusieurs mois sur la question auprès de Bruxelles au travers de l'association des éditeurs européens pour faire reconnaître le droit d'auteur, au travers des DRM, qui semble être une aberration d'un point de vue fiscal.

Les DRM ? À nouveau le parallèle avec l'industrie du disque peut aisément se faire. On ne donne pas 72 heures à une équipe de hackers pour les faire sauter... Certes, il faut considérer le support dans ce cas précis... mais il se pourrait aussi que l'on puisse "craquer" un Reader également...