Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Hachette pleure Harry Potter mais savoure la réforme des manuels scolaire

Victor De Sepausy - 10.11.2017

Edition - Economie - Hachette harry potter - Hachette asterix chiffre affaires - education réforme scolaire


Mauvais moment pour le groupe Hachette, filiale publishing de Lagardère, qui accuse un recul du chiffre d’affaires de 2,1 %. Une position attendue, explique le groupe, qui rappelle qu’à la même époque l’an passé, la sortie de la pièce de théâtre Harry Potter and the Cursed Child avait fait gonfler le volume. Toutefois, le secteur éducatif, du fait de la réforme en France, permet de bonnes performances.

 

Hachette Livre - Frankfurt Buchmesse 2015
ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

Le chiffre d’affaires au 30 septembre 2017 s’élève à 1 665 M€, soit + 1,5 % en données comparables (+ 1,2 % en données consolidées), l’écart s’expliquant par un effet de périmètre favorable (+ 27 M€), principalement lié aux acquisitions de Perseus, Brainbow, Bookouture et IsCool Entertainment, et par un effet de change négatif (— 31 M€), lié en particulier à la dépréciation de la livre sterling.
 

Sur les neuf premiers mois de l’année, l’activité a enregistré de bonnes performances sur les Fascicules (+ 9,3 %) et aux États-Unis (+ 2,2 %). Ces éléments positifs ont permis de compenser la moindre activité au Royaume-Uni, liée à une base de comparaison défavorable, en raison du fort succès de Harry Potter and the Cursed Child publié au troisième trimestre 2016.


À 646 M€, l’activité est en recul, comme attendu, en raison d’une base de comparaison défavorable (- 2,1 % en données comparables et - 4,3 % en données consolidées). L’écart entre ces deux variations s’explique essentiellement par un effet de périmètre positif (+ 2 M€) et un effet de change négatif (— 17 M€).
 

En France (+ 6,0 %), l’activité est portée principalement par la réussite de nos éditeurs scolaires sur la deuxième année de réforme de programmes (essentiellement sur le collège). La Littérature générale bénéficie du très bel été du Livre de Poche ainsi que du succès de La tresse, de Laetitia Colombani chez Grasset et La Fontaine : une école buissonnière d'Erik Orsenna chez Stock.
 

Aux États-Unis, la baisse de l’activité (- 2,8 %) s’explique par un programme de parutions moins étoffé. La bonne performance de Perseus ne permet pas de compenser l’effet de base du 3e trimestre 2016 qui avait bénéficié du succès des parutions de Two by Two de Nicholas Sparks et Woman of God de James Patterson.
 



 

Au Royaume-Uni, l’activité affiche, comme attendu, un net recul (- 13,5 %), en raison d’un effet de comparaison défavorable par rapport au 3e trimestre 2016 qui bénéficiait du succès de la parution de Harry Potter and the Cursed Child. L‘Adult Trade affiche une belle performance avec des parutions telles que Damaged de Martina Cole et quatre nouveautés de la série Famous Five.
 

La zone Espagne/Amérique latine est en retrait (- 11,5 %), comme attendu, en raison d’un effet de comparaison défavorable, lié à la réforme scolaire qui avait lieu au 3e trimestre 2016.
 

Les Fascicules affichent une très forte croissance (+ 12,1 %), portée par un nombre de lancements record en juillet et en août, et par la bonne progression de la backlist, principalement au Japon et en Espagne.
 

Au 3e trimestre, le poids du Livre numérique dans le chiffre d’affaires total de Lagardère Publishing s’établit à 7,2 % contre 6,8 % au troisième trimestre 2016. 

Ensuite, pas de panique, la rafle différents prix et la sortie du nouvel album d'Asterix devrait donner, avec les ventes de Noël, un excellent 4e trimestre.