Hachette UK soutient le contrat d'agence, solution à long terme

Clément Solym - 04.06.2010

Edition - Economie - hachette - ebooks - marché


La situation semble se débloquer outre-Manche, alors que le contrat d'agence était sérieusement questionné. L'offre d'Apple, permettant de vendre des ebooks sur l'iBookstore, autorise les éditeurs à fixer le prix de vente de leurs livres, ce qui ne va pas sans quelques hoquets, eu regard à la législation anglaise.

Mais voilà, Hachette UK, explique son directeur exécutif, Tim Hely Hutchinson, semble en passe d'adopter ce contrat d'agence et négocie avec plusieurs revendeurs en ligne pour le mettre en application, dévoile The Bookseller.

La possibilité de fixer le prix de vente des ebooks s'intègre dans une perspective à long terme pour l'industrie, souligne Tim dans un courrier. « Comme nous nous apprêtons à vendre les ebooks directement aux consommateurs, nous allons établir le prix de vente pour ces transactions », précise-t-il. Selon lui, cette solution favorisera une vente égalitaire entre les cybermarchands, quelle que soit leur taille.

Sur le Kindle, le prix des livres numériques pourrait alors augmenter de 30 %, alors que les ouvrages restent majoritairement encore moins chers dans les étals d'Amazon, que ce soit pour leur version numérique ou papier.

Une nouvelle phase pour l'édition

Tim ajoute qu'il est aussi grand temps pour son groupe d'entamer une démarche pro-active dans la vente des livres numériques, en fixant un tarif approprié, qui prenne en compte les différentes phases - tout à la fois les coûts de la vente en ligne, autant que les attentes du consommateur.

S'appuyant probablement sur l'expertise d'Arnaud Nourry, le PDG de Hachette Livres, qui évalue pour 2015 des ventes d'ebooks équivalents à 15 % du marché, Tim assure par ailleurs que les résultats sur les années à venir seront en augmentation. Donc aucune inquiétude à avoir...

Interrogé sur les questions de légalité qui se posent pour le contrat d'agence, Hachette France n'a pas souhaité faire de commentaires. Pas plus d'ailleurs que sur l'actuelle démarche du procureur général au Texas, qui semble, lui, désireux d'en savoir un peu plus sur ledit contrat, outre-Atlantique.

Pourtant, l'information ne manque pas d'intérêt : HarperCollins ainsi que Hachette US ont tous deux été contactés par les hommes du procureur, au sujet de ce modèle de vente.

Outre-Manche, un porte-parole, cité par nos confrères, explique que tout va bien madame la marquise : « Nous avons sollicité un très grand nombre de conseils d'experts, et on nous a assuré que pour le Royaume-Uni et l'Europe, c'est légal. » Sous-entendu, le contrat d'agence.

Une conclusion que le SNE nous avait pour sa part confirmée, pour ce qui est du marché français en tout cas...