Dans le Quartier latin, le livre trouve une place toute particulière

Association Effervescence - 03.07.2015

Edition - Les maisons - éditeurs indépendants - Quartier latin - livre lecture


Chaque semaine, ActuaLitté, en partenariat avec l’association Effervescence, réunissant les étudiants et anciens élèves du master Édition et Audiovisuel de Paris-Sorbonne, vous donne rendez-vous : retrouvez dans les colonnes de notre magazine une chronique, réalisée par les étudiants de la formation, racontant la vie du master et de l’association.

 

Cette semaine, nous partons pour la Salon des éditeurs indépendants du cinquième arrondissement !

 

 

L’année se termine pour les Hackœurs, qui devront bientôt laisser place à une nouvelle promotion, fraîchement accueillie ! Pour autant, ils continuent de soutenir leur projet à travers salons et festivals. Le week-end dernier, ils étaient accueillis une nouvelle fois par Brigitte Peltier et les éditions Pippa : les étudiants et leur livre se trouvaient au Salon des éditeurs indépendants du cinquième arrondissement, qui se tenait, comme les années précédentes, au sein du cloître du lycée Henri IV, que l’on pouvait exceptionnellement visiter.

 

 

 

Depuis 2007, date de sa première édition, le salon se veut entièrement indépendant : il ne touche aucune subvention extérieure. Multiculturel, il avait toutefois, cette année, une forte tonalité asiatique : le programme mettait le haïku à l’honneur à travers invités et concours ; un atelier de calligraphie sumi-e était organisé et un stand « solidarité Népal » accueillait les visiteurs.

 

Malgré sa petite taille, les éditeurs présents appartenaient à des secteurs très différents : littérature générale, essais, beaux livres, jeunesse, ainsi qu’auteurs et illustrateurs. Les Hackœurs étaient bien entourés, notamment par un atelier pour enfants animé par une jeune dessinatrice ainsi que par les Éditions du Jasmin, une maison dont les productions sont entièrement tournées vers la découverte des richesses du monde : contes, récits de voyage, essais... Notamment sur le monde arabe avec la collection « Le Simoun ».

 

Le Salon a donc aussi été l’occasion pour les étudiants de rencontrer d’autres éditeurs et d’échanger. Parmi eux, une maison d’édition de poésie, Le Nouvel Athanor, qui lance chaque année une revue au thème spécifique (cette année, Le Feu), Les Cahiers du Sens, ou encore les ouvrages spécialisés sur l’orient et les spiritualités de Synchronique Éditions, qui propose, entre autres, de petits livres avec calligraphies comme Tao Te King ou Le Livre du Thé. Une manière de découvrir d’autres cultures à travers la lecture.

 

C’est également durant le salon que l’on annonçait le gagnant du concours de nouvelles « Souvenirs du Quartier Latin », lancé au court de Quartier du livre (Les Hackœurs y étaient aussi : voir la chronique consacrée à cet événement). Les étudiants regrettent cependant de n’avoir pas pu revoir l’exposition « Un livre dans ma poche », déjà présente à Quartier du Livre. Conçue par plusieurs étudiantes en médiation culturelle de l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle, cette exposition photographique et sonore propose un panorama de lecteurs dans les rues, le métro, les parcs et offre un moment de réflexion sur nos pratiques de lecture en extérieur.

 

Si vous voulez (re)lire nos chroniques déjà publiées sur ActuaLitté, c’est ici ! Si vous voulez être informés chaque semaine de la parution de notre nouvelle chronique, c’est ici !

 

À mardi prochain !