Hamlet : Son père était homosexuel et pédophile !

Clément Solym - 08.09.2011

Edition - Société - hamlet - pedophilie - reprise


C’est son fils Horatio qui aurait tué le vieux roi pour avoir abusé de lui, et non pas son frère par bête et méchante envie d’avoir la couronne. Ce n’est pas la première fois que cette version recolorée paraît, mais elle a eu droit à une critique ravageuse dans la revue Rain Taxi qui a mis le feu aux poudres.

 
La critique d’Alexander dans Rain Taxi est explicite :


« Le nœud de l'intrigue est le suivant : Le vieux roi Hamlet  n'était pas un bon roi parce qu'il était homo, était démoniaque parce qu'il était homo, et, fin du fin, un fantasmatique prêtre du faux qui convainc Hamlet de s’adonner à des exactions vengeresses sur des innocents.

Le vieux roi a tué par Horatio, pour l’avoir molesté dans sa jeunesse, en même temps que Laertes, Rosencrantz, et Guildenstern, les rendant tous homos par là. Nous apprenons que Rosencrantz et Guildenstern sont à présent «
aussi enfermés dans leurs habitudes qu'un vieux couple. Je plais la femme qui essaye d'en marier un.»

 

Hamlet est condamné pour toutes les morts innocentes qu'il a infligées, et Papa le Mort Homo lui fera des trucs homo jusqu'à la fin de son éternité : « Bienvenue en enfer, superbe fils. Au moins nous serons ensemble comme je l'ai toujours espéré. »

 

L’auteur Orson Scott Card vient de rejoindre aux États-Unis la National Association for Mariage, qui a pour unique but de briser toute tentative d’avoir des droits pour les homos. Il a même déclaré publiquement que les homosexuels allaient mener l’Amérique à sa perte. »
 

  

 

Card n’a pas non plus hésité à relier publiquement, comme il le fait dans son livre, l’homosexualité et la pédophilie, la deuxième étant censée entraîner le premier. À propos de la théorie des genres (notre actualitté), nos élus n'hésitent pas toujours non plus à franchir le pas…

 

L’éditeur Subterranean Press a pris en compte la polémique, et le responsable Bill Schafer s‘est adressé à ceux qui lui ont envoyé ou lui enverront des mails : « Vos courriels seront partagés avec notre comité éditorial, et seront pris en compte dans nos sélections à venir. Nous prenons très au sérieux cette polémique et vos retours nous intéressent. Merci. »
 

Le scénario du livre de Card paraît surtout grotesque et insulte autant les homosexuels qu’il méprise les enfants de pédophiles. 
 

Il reste que l’on peut défendre la liberté de parole des homophobes quand bien même leur avis n'est pas partagé, et qu’un livre n'est habituellement pas jugé uniquement par les opinions politiques qui y sont exposées, mais aussi par son maniement de la langue.

Même si dans le cas l'outrance du contenu a submergé le reste.  

(Via le Guardian)