Harlequin, à la conquête du livre numérique

Clément Solym - 16.02.2011

Edition - Société - harlequin - numerique - ventes


En 2010, Harlequin a écoulé 125 millions de livres. Aujourd’hui, ce sont quatre romans qui sont achetés par seconde dans le monde. Stéphane Aznar, directeur général des éditions Harlequin France, concède que si le marché du livre numérique connaît une croissance exponentielle, « le papier a de très beaux jours devant lui, indéniablement. »

Maison d’édition fondée au Canada et spécialisée dans les romans d’amour, la société s’est depuis exportée aux quatre coins du monde et connaît un succès retentissant. Et les Françaises semblent être friandes du genre : « La France constitue notre plus grand marché en dehors des États-Unis », annonce Aznar. « Ceci tient à la puissance de notre distribution, puisque nous sommes très massivement distribués en super et hypermarchés ; […] on profite de ce maillage ».

Pourtant, peu d’auteurs français sont publiés chez Harlequin. Ils sont uniquement anglo-saxons : « Le modèle de business d’Harlequin publie des romans écrits par des auteurs anglo-saxons. Harlequin aux États-Unis publie environ plus 1100 auteurs chaque année, nous en publions environ 700 par an. Notre travail va être de faire le tri de prendre la crème de la crème de ce qui ce publie aux États unis pour le proposer aux lectrices ».

En 2010, un rapport législatif du Sénat portant sur le marché du numérique en France indiquait que pour l'année 2009 les livres électroniques représentaient un chiffre d'affaires de 68 millions d'euros, l'équivalent de 25 millions d'exemplaires écoulés. Soit « 5% du nombre d'exemplaires vendus au format papier (1,7 % si l'on ne considère que les ouvrages vendus par téléchargement) », précise le texte. Et Harlequin s’impose sur ce marché : à ce jour, 400 titres numériques sont disponibles en France.

« En France, nous avons vendu plus de 70.000 livres électroniques en 2010, ce qui reste encore marginal par rapport aux 9 millions de livres papier vendus. Mais le numérique est une activité en croissance exponentielle et actuellement, nous vendons entre 10 et 15.000 ebooks par mois. Aux États-Unis, le numérique représente déjà plus de 10 % du chiffre d'affaires
», explique le directeur général, invité du Buzz Média Orange-Le Figaro.


Afin de réussir son lancement numérique, Harlequin a lancé une collection intitulée Darkiss, dédiée à un public plus jeune, bien que le lectorat actuel ne soit pas particulièrement âgé : « Notre cœur de cible est composé de lectrices de 20 à 50 ans, et 30 % d’entre elles ont moins de 35 ans ». La stratégie qui accompagne son lancement est résolument tournée vers Internet et les réseaux sociaux.

« Nous avons développé depuis plusieurs années des gammes éditoriales qui s’inscrivent dans la fiction féminine […]. Darkiss est une nouvelle pierre à cet édifice de diversification. Ces romans s’inscrivent dans la mouvance Twilight, mais pas que : il y a également du fantastique, de la fantasy, du roman contemporain… ». Il existe donc une page Facebook de la collection, qui sera nourrie au cours de l’année 2011 par « contenus exclusifs » pour « générer l'attente et, nous l’espérons, beaucoup de ventes ».

(via Slate)