Harmonia Mundi : la vente dématérialisée accentue la crise

Cécile Mazin - 13.02.2013

Edition - Economie - Harmonia Mundi - distributeur de livres - musique


Depuis maintenant plus d'un mois, on savait que des boutiques de la société Harmonia Mundi allaient fermer. À Rouen, on en parlait déjà mi-janvier, pour l'établissement de la rue Ganterie. Mais l'éditeur de musique - et diffuseur de livres - accuse le coup, une nouvelle fois, et se voit contraint à fermer de nouveau des établissements.

 

 

Hoffnung Festival I - Royal Festival Hall Live, Harmonia Mundi

Piano Piano!, (CC BY 2.0)

 

 

En 2011, ce sont 45 boutiques de Harmonia Mundi qui étaient fermées, et depuis hier, on annonce que 15 autres magasins vont être bouclés. « Malheureusement, l'évolution du marché, la fermeture des magasins spécialisés et le tournant de plus en plus accentué vers la vente dématérialisée nous atteignent aujourd'hui », explique la société. Avec cette vague de fermeture, ce sont 38 des 171 emplois qui seront concernés.

 

À la manière de Virgin, l'éditeur pointe bien entendu les questions numériques, tous secteurs confondus, qui ont frappé le chiffre d'affaires - 39,7 millions €, une baisse de 9 % constatée sur les deux dernières années. En 2008, Bernard Coutaz, fondateur, se vantait d'un chiffre d'affaires de 60 millions € avec 330 personnes employées. 

 

Cité dans un article de l'AFP, en février 2010, le jour de son décès, il expliquait : « Nous ne sommes pas des extraterrestres avec des grandes oreilles, mais avons des yeux et des mains qui ont envie de voir, de toucher et de posséder. » Ainsi, loin d'une crise touchant le support CD, il analysait la situation au travers d'une crise de la distribution. Ainsi, Harmonia Mundi avait décidé d'ouvrir des boutiques pour contrer cette crise.

 

Et dans son communiqué, la société poursuit : « La chute du marché du disque (-71% en 11 ans), les changements de comportements des consommateurs (téléchargement, achat en ligne) ne nous permettent plus de préserver notre équilibre financier avec notre organisation actuelle. »

 

Le comité d'entreprise a été prévenu du plan social en cours, mais la firme a tenu à préciser que son activité de distributeur de livres n'était pas du tout concernée : seule la musique est frappée, et la société poursuivra évidemment son travail de distributeur ; les contrats passés avec les éditeurs de livres sont prolongés.

 

Eva Coutaz est toujours à la tête de la société. Le groupe est décliné dans plusieurs villes du monde, Los Angeles, Londres, Heidelberg en Allemagne, Barcelone, La Haye, Anvers et Zürich, et que la décision de fermer des établissements ne touche cependant pas.