HarperCollins restructure et se dote d'une filiale chrétienne

Clément Solym - 01.08.2012

Edition - Les maisons - HarperCollins - restructuration - religion


Décidemment, l'été semble se dérouler comme dans la fraîcheur d'une église : alors que la lecture numérique redonne un nouveau souffle, forcément divin, aux publications religieuses, (voir notre actualitté) HaperCollins a annoncé la création d'une filiale entièrement consacrée aux publications religieuses. 

 

Cat

(auteur : jenlund70)

 

Il serait plus juste de parler de restructuration, puisque HarperCollins ne fait que réorganiser deux maisons d'édition, Thomas Nelson et Zondervan, cette dernière étant déjà une filiale d'HarperCollins. Mark Schoenwald, PDG de Thomas Nelson, dont le rachat par HaperCollins a été finalisé la semaine dernière, deviendra le président de la nouvelle entité, tandis que Scott Macdonalds, ancien PDG de Zondervan, restera à proximité pour prodiguer ses bons conseils.

 

« Les deux maisons ont des missions différentes, bien que complémentaires, et continueront toutes les deux à acquérir et publier des titres en accord avec ses missions, mais en collaborant lorsque cela se justifie » explique HarperCollins dans un communiqué. Thomas Nelson étant la première maison d'édition chrétienne, et Zondervan la seconde, il ne semble pas abusif d'écrire qu'HarperCollins s'est constitué un sacré monopole sur le secteur.

 

L'année dernière, Thomas Nelson a vu deux de ses titres dans la liste des bestsellers du New York Times, Heaven is for Real et Jesus is Calling. La part du numérique dans les revenus de la maison d'édition a également bondi sous la présidence de Schoenwald, passant de 2 % en 2009 à 12 % en 2011. Pour 2015, la maison prévoyait 40 % : HarperCollins en espère sûrement autant.