Harry Potter et l'Enfant maudit : 2 millions d’orgasmes pour Rowling, sous réserve

Orianne Vialo - 04.08.2016

Edition - International - Harry Potter et l'enfant maudit - ventes Harry Potter tome 8 - Harry Potter et l'Enfant maudit best-seller


Les ventes d’Harry Potter et l’Enfant maudit répondent très largement aux espoirs des éditeurs anglais et américains, nombreux à indiquer que le livre se trouvait en tête des précommandes chez eux. Quelques jours après sa sortie, jackpot : l’ouvrage s’est écoulé à plus de 2 millions d’exemplaires aux États-Unis, et à 680.000 au Royaume-Uni.

 

 

 

On l’avait prédit : le phénomène ne semble pas s’être ébranlé, loin de là. Publié depuis le 31 juillet, le dernier ouvrage de JK Rowling bat déjà des records de vente, à l’image des autres tomes de sa légendaire saga Harry Potter, tous des best-sellers. Avec plus de 420 millions d’exemplaires de Potter vendus dans 140 pays, il était prévisible que ce 8e tome remporte un franc succès.

 

Les ventes ont été plus importantes aux États-Unis et au Canada, où l’ouvrage est publié aux éditions Scholastic : la maison qui avait prévu le coup, en imprimant 4,5 millions d’exemplaires. La présidente de Scholastic, Ellie Berger a annoncé : « Les fans de tous les âges se sont réunis aux célébrations de minuit dans les librairies pour obtenir leur exemplaire d’Harry Potter et l’Enfant maudit. Cela a rassemblé les communautés pour célébrer la magie de la lecture, et la puissance d’une très bonne narration. » Concernant les ventes, elle estime que « c’est un très bon début » et que « tous les signes indiquent que les fortes ventes vont se poursuivre ». 

 

Face à ces records de vente, les producteurs de la pièce de théâtre, Harry Potter et l’Enfant maudit ont annoncé qu’ils allaient remettre quelque 250.000 tickets en vente dans la journée du 4 août, poussant ainsi les représentations jusqu’au 10 décembre 2017.

 

Meilleure vente de l'année pour les librairies Waterstones (UK) 

 

Au Royaume-Uni, les compteurs affichaient 680.000 exemplaires écoulés dans les 3 jours suivant la mise en vente de l’ouvrage, d’après des informations communiquées par Little, Brown. La maison d’édition enregistre ainsi ses plus grosses ventes en un laps de temps si cours, depuis la sortie de Fifty Shades of Grey en 2012, et ses 664.478 exemplaires vendus en trois jours. 

 

Si les ventes continuent d’aussi bons trains, les ventes d’Harry Potter et l’Enfant maudit dépasseront celles enregistrées pour Harry Potter et les Reliques de la Mort, paru en 2007, qui avaient atteint les 2,6 millions d’exemplaires vendus dès le premier week-end de parution en juin 2007. 

 

La chaîne de librairies britannique Waterstones a ouvert près de 140 points de vente du Royaume-Uni le 31 juillet à minuit pour les ventes d’Harry Potter. Selon leur directrice des achats, Kate Skipper, le titre a été plus vendu que le best-seller The Lost Symbol de Dan Brown, paru en 2009. « Nos ventes pour Harry Potter et l’Enfant maudit ont été phénoménales. Elles représentent nos plus grosses ventes depuis la sortie d’Harry Potter et les Reliques de la Mort en 2007 […]. Il n’y a pas de doute quant à cela : ce sera notre meilleure vente de l’année » s’enthousiasme-t-elle. 

 

Ces premières déclarations viennent renforcer la 3e place bien méritée de JK Rowling dans le classement établi par le journal Forbes, avec une fortune estimée à 19 millions $, ce qui fait d’elle la 3e auteure la mieux payée du monde, juste derrière James Patterson et ses 95 millions $, et Jeff Kinney — 19,5 millions $. 

 

Orgasmique, certes, mais avec des réserves...

 

De quoi faire bien plaisir à la romancière, qui, en parlant de plaisir, n’a pas manqué de railler une étude scientifique — menée par la Dr. Elizabeth Lloyd et retravaillée par la biologiste Mihela Pavlicev — selon laquelle l’orgasme féminin... ne servirait pas à grand-chose. 

 

« Le Dr. Lloyd pense que la meilleure explication de l’orgasme féminin est qu’il n’a servi à rien dans l’évolution [de la femme, NdrR]. Il n’est rien de plus que le sous-produit du développement de l’orgasme masculin. L’orgasme est aux femmes ce que les mamelons sont aux hommes », engage Mihela Pavlicev. 

 

Ce à quoi JK Rowling s’est empressée de répondre, avec un tweet des plus ironiques : « Oui, la perspective de pousser un objet 8 pounds [3,6 kilos, NdR] de votre vagin devrait représenter une motivation plus que suffisante pour avoir des rapports sexuels. »