Harry Potter responsable de la hausse d'exorcismes aux États-Unis

Clément Solym - 03.12.2018

Edition - International - exorcisme amérique tendance - Harry Potter exorcisme - possession démoniaque exorciste


La possession démoniaque ferait son grand retour aux États-Unis, avec une multiplication des séances d’exorcisme, déplorent les pasteurs américains. Et le responsable n’est pas à chercher bien loin : c’est la faute d’Harry Potter. L’influence des livres pour enfants effraye les membres de l’église...


Linda
schnaars, CC BY SA 2.0
 

L’exorcisme est un rite bien connu depuis le film du même nom, qui consiste, mais pas toujours, à extraire d’une jeune fille le démon qui a pris possession de son esprit, de son âme et de son corps. Et depuis le film de William Friedkin, de 1973, on en sourit avec une certaine complicité.
 
De la Mésopotamie aux librairies et cinémas

Sauf que l’exorcisme n’est pas apparu avec l’Église catholique : cette dernière n’a fait que le généraliser pour asseoir son pouvoir sur les ouailles – et au besoin, éliminer des opposants politiques. On recense en effet, dès le deuxième millénaire avant notre ère, des pratiques similaires en Mésopotamie. 

Mais il est clair qu’aujourd’hui, les rites mésopotamiens sont moins courants que les livres de la série Harry Potter

Un intrigant témoignage recueilli par The Atlantic fait ainsi état d’une hausse des exorcismes. Le père Vincent Lampert, de l’archidiocèse d’Indianapolis, explique : « Quand j’ai été nommé, voilà 13 ans, je recevais peut-être une centaine de demandes de renseignements par an. »

Aujourd’hui, poursuit-il, ce sont 1700 demandes qu’il traite annuellement. Et selon lui, la franchise Harry Potter est responsable de ce que les Américains pensent que toute forme de magie relève de l’occulte.

Les films, et les livres ont exercé sur le public américain une véritable fascination – et pas simplement aux États-Unis, puisque l’on parle de 450 millions d’exemplaires vendus. L’univers de JK Rowling aurait donc fini par créer une génération d’Américains tout à fait disposés à croire qu’ils sont possédés par le Malin. 

Pour autant, pas question de traiter une demande d’exorcisme à la légère, souligne-t-il : toute personne doit se soumettre à une évaluation menée par un professionnel de la santé. Gare à ne pas confondre possession démoniaque et syndrome de Tourette, par exemple.
 
Plus d'exorcistes formés pour lutter contre Satan

Or, si les demandes sont à la hausse, le Saint-Siège a également prévu de répondre : après la mort du pape Jean-Paul II, en 2005, le nombre de prêtres américains formés pour effectuer des exorcismes est passé de 19 à 30. On en compterait plus d’une centaine désormais.

Pour Adam Jortner, historien des religions dans la vie américaine, et officiant à l’université Uburn d’Alabama, l’influence des livres pour enfants a fini par terroriser les membres de l’église. « Elle s’est intéressée à CS Lewis, pour les ouvrages de Narnia, une allégorie puissante du christianisme lui-même. Harry Potter n’a fait qu’apporter une dimension magique. »
 

 

Mais que l’élève de Poudlard soit pointé du doigt – pour ne pas dire mis à l’index – n’est pas nouveau : en 2016, deux des plus grands exorcistes catholiques connus ont dressé une liste des moyens par lesquels le diable peut prendre possession d’un corps : consommation d’alcool, visionnage de porno, et des films d’Harry Potter...
 
Plus près, ou plus l'oint, du Seigneur...

Et si les demandes en exorcisme augmentent, c’est donc bien que les livres d’Harry Potter ont vulgarisé l’existence de la magie et démocratisé l’existence d’un monde parallèle. Le tout finissant par susciter l’intérêt, puis l’inquiétude, et donc le recours à un rite ancestral catholique. 

« Il est normal que les humains éprouvent une fascination morbide à l’égard d’une notion de bataille contre le mal, et que, pour prendre une image, l’exorciste intervienne comme un sorcier pour apporter son aide », poursuit un prêtre de l’archidiocèse de Soutwark. 

« Il y a beaucoup de raisons », estime-t-il, pour justifier l’intérêt croissant. « La culture pop est pleine de surnaturel. Les jeunes regardent des vampires, et Harry Potter, et, bien que beaucoup d’entre eux prétendent s’être éloignés de la religion traditionnelle, il reste nécessaire de croire en quelque chose d’invisible. »

Amen...


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.