Harry Potter se refait une beauté, avec des couvertures à tiroir

Camille Cornu - 17.12.2015

Edition - International - Harry Potter - Couvertures - Olly Moss


Les ebooks Harry Potter arborent de nouvelles couvertures, réalisées par Olly Moss, un fan absolu de la série, qui ne cache pas sa joie d’avoir eu à travailler sur ce projet. Les nouveaux ebooks sont déjà disponibles chez les principaux distributeurs en ligne, et seront sur Pottermore début 2016. 

 

« J’ai fait de nouvelles couvertures pour Harry Potter. Mon moi de onze ans est en train de défaillir », annonce sur son compte twitter le graphiste né en 1987. Sur Pottermore, il explique comment il avait commencé à lire la série : à onze ans, trop snob pour accepter de lire des livres pour enfants, sa mère doit les lui acheter avec la couverture adulte pour qu’il concède à les lire... Sans regret, puisqu’il deviendra finalement un fan absolu de l’univers d’Harry. 

 

L’artiste britannique, dont le travail est régulièrement publié dans le magazine Empire, était surtout connu pour ses détournements d’affiches de films, dont Star Wars ou les Simpsons, mais également pour le film d’Harry Potter, en 2010 : 

 

 

 

Il dit tirer une partie de son inspiration dans les univers visuels de Saul Bass, Paul Rand et, plus récemment, Jason Munn. Dans ses dessins, finalement travaillés, les détails prennent toute leur importance et viennent offrir la possibilité de découvrir un second sens : 

 

« J’aime que les choses aient plus d’une épaisseur. L’impression initiale du “oh, c’est une belle image” devient secondaire lorsqu’on regarde plus près. C’est une chose que j’ai toujours adoré faire », confie-t-il.

 

L’artiste travaille dans le détail, et ses couvertures gagnent à être regardées de près. S’il y en a une dont il est particulièrement fier, c’est celle du dernier tome : 

 

« Harry Potter et les reliques de la mort (trad J.F. Ménard) est ma couverture préférée, parce que c’est l’image qui a résumé Harry Potter pour moi pendant très longtemps. La cicatrice me semble concentrer toute la série, et c’est l’image que j’en garde. C’est un monde dans lequel les choses peuvent sembler très superficielles avant qu’une seconde épaisseur n’apparaisse et serve de seconde révélation. J’adore sortir ce genre d’image parce que ça me donne l’impression que personne ne l’a fait avant, personne n’a vu les choses de cette façon ». 

 

 

 

Il avoue avoir travaillé d’arrache-pied pour obtenir ce contrat, réalisant des esquisses de presque tout le livre pour chaque tome et proposant finalement quatre ou cinq approches pour chacun. Il confie également les dilemmes auxquels il a été confronté pendant ce travail : « Pour le Prince de sang mêlé (trad J.F. Ménard), j’ai failli mettre Rogue sur la couverture, mais ça aurait été un horrible spoiler. Dumbledore et Harry qui combattent les Inferi, c’est vraiment le livre. C’est une image si vivante du livre. Donc c’était bien d’avoir Dumbledore sur la couverture. »