Cet instant de baseball qui a changé Haruki Murakami en romancier

Nicolas Gary - 10.08.2015

Edition - Les maisons - Haruki Murakami - baseball révélation - romancier vocation


Il est fan de course à pied, de jazz, mais également de baseball, un sport qui est à l’origine de sa vocation d’écrivain. Haruki Murakami a 29 ans, lorsqu’il décide de devenir romancier. Il était en train de regarder un match de baseball, de la ligue japonaise. C’était en 1978, et, à l’époque, il était propriétaire d’une petite boutique, un club de jazz.

 

My first baseball glove

Shawn Carpenter, CC BY SA 2.0

 

 

Murakami ne parle pas souvent à la presse, mais cette transition où sa vie a changé du tout au tout revient régulièrement dans la presse. Au Telegraph, il raconte cet instant qu’il avait qualifié d’épiphanie.

 

Je me souviens encore de l’exacte sensation. Il semblait que quelque chose flottait dans le ciel, et que je l’avais attrapé littéralement de mes mains. Je ne savais pas pourquoi cela avait eu la chance de me tomber dans les mains. Je n’en savais rien alors, et je l’ignore encore maintenant. Quelle qu’en soit la raison, cela avait eu lieu. Ce fut comme une révélation. Ou peut-être une épiphanie, dans le sens le plus strict. Tout ce que je peux dire, c’est que ma vie était radicalement et définitivement changée à cet instant.

 

 

Cet instant, c’est celui où Dave Hilton frappe la balle. L’ancien joueur des San Diego Padres se mit à courir, assurant un double tour du terrain. Murakami était dans ce stade de Tokyo, en train de siroter une bière. Lui, fan de l’équipe des Hirondelles, est alors saisi. Et ce geste sportif exceptionnel entraînera l’écriture de Écoute le chant du vent, qui remportera le prix Gunzo, en 1979. 

 

 

Ilana Simons avait réalisé une vidéo en hommage, passant en revue l’auteur.

 

About Haruki Murakami from Ilana Simons on Vimeo.

 


Pour approfondir

Editeur :
Genre :
Total pages :
Traducteur : hélène morita
ISBN :

Autoportrait de l'auteur en coureur de fond

de Haruki Murakami

Le 1er avril 1978, Murakami décide de vendre son club de jazz pour écrire un roman. Assis à sa table, il fume soixante cigarettes par jour et commence à prendre du poids. S'impose alors la nécessité d'une discipline et de la pratique intensive de la course à pied. Ténacité, capacité de concentration et talent : telles sont les qualités requises d'un romancier. La course à pied lui permet de cultiver sa patience, sa persévérance. Courir devient une métaphore de son travail d'écrivain. Courir est aussi un moyen de mieux se connaître, de découvrir sa véritable nature. On se met à l'épreuve de la douleur, on surmonte la souffrance. Corps et esprit sont intrinsèquement liés.

J'achète ce livre grand format à

J'achète ce livre de poche 7.50 €