Hausse du chiffre d'affaires de l'édition US, et mea culpa des éditeurs

Antoine Oury - 05.05.2015

Edition - Economie - AAP éditeurs américains - résultats janvier 2015 - correctif chiffre d'affaires


L'association des éditeurs américains (Association of American Publishers, AAP) fait amende honorable en présentant un correctif à son bilan du mois de janvier 2015. Ce dernier présentait un début d'année plutôt moribond, avec une hausse globale du chiffre d'affaires estimé à un peu moins de 1 %. Une boulette mathématique, donc, qui fait passer la hausse à 5 %, tout de même.

 


Party 1950s Style

À l'AAP, à l'annonce des (vrais) résultats (NinaZed, CC BY 2.0)

 

 

Mauvaise nouvelle : l'AAP, organe représentant le métier d'éditeur aux États-Unis, s'est donc emmêlé les pinceaux et la calculatrice en communiquant sur les résultats économiques du mois de janvier 2015. Le magazine Publishers Lunch avait relevé plusieurs incohérences, et l'AAP a identifié plusieurs soucis techniques, à présent corrigés. Bonne nouvelle : les chiffres corrigés sont meilleurs.

 

Le mois de janvier 2015 a donc été bon, avec une croissance de 5 % des ventes totales, en particulier sur le secteur adulte et le format poche, 122,7 millions $ de vente, soit 19,1 millions $ supplémentaires, par rapport à l'année précédente. Les ventes de livres jeunesse ont connu une hausse honorable, même si un recul dans les ventes d'ebooks emmène la catégorie à un total des ventes de 140,3 millions $ en janvier.

 

L'absence de best-sellers Young Adults serait responsable de cette baisse des ventes des ebooks — ce qui signifierait par ailleurs que la jeunesse adopte bien le format. Les ventes ebooks pour la jeunesse sont estimées autour de 15,7 millions $, contre 24,2 millions $ pour la même période de l'année précédente.

 

Les ventes totales de livres numériques atteignent 129,4 millions $ en janvier 2015, une chute de 8 % par rapport aux ventes de janvier 2014. Pour de nombreux observateurs, il ne fait aucun doute que le retour au modèle du contrat d'agence — avec le choix du prix de l'ebook par l'éditeur — est la cause de ce recul, avec une hausse des prix des ebooks.