Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Hemingway : Ezra Pound "mérite châtiment et disgrâce"

Antoine Oury - 23.08.2013

Edition - International - Ernest Hemingway - Ezra Pound - antisémite


Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le poète américain Ezra Pound se distingue de la plupart de ses collègues, par son comportement nauséabond : au cours d'un grand tour dans l'Italie fasciste, il donne des dizaines de conférences au cours desquelles il remue le fumier antisémite. Depuis les États-Unis, ses pairs sont troublés, choqués par l'attitude de Pound. Dans une lettre, Hemingway préconise de considérer le poète comme fou, et perdu à jamais.

 


 

 

La lettre est adressée à Archibald MacLeish, poète et bibliothécaire de la Bibliothèque du Congrès, ami d'Ezra Pound au même titre qu'Ernest Hemingway. Mais cette relation privilégiée est sérieusement mise à mal dès lors que Pound embrasse à pleine bouche l'antisémitisme en vogue en Europe. Avec l'aplomb qui le caractérise, Hemingway fournit son diagnostic : Pound « était fou dès l'écriture des dernières lignes du Cantos », oeuvre majeure et démesurée du poète, portant les traces de sa nouvelle lubie.

 

« Il ne doit pas être pendu ou changé en martyr de sa cause... » poursuit Hemingway, « Il est impossible de croire qu'un individu en pleine possession de ses moyens puisse soutenir les vils et stupides ragots qu'il relaie dans ses discours. » D'après l'écrivain, la folie semble la seule explication capable de sauvegarder un peu de l'aura du poète américain, un des principaux contributeurs à la poésie moderne. Malgré tout, ce dernier doit recevoir « châtiment et disgrâce, mais, plus que tout, d'être ridiculisé ».

 

Dans la deuxième partie de sa missive, Hemingway s'inquiète pour ses connaissances, dont les nouvelles se font rares : « Quoi que tu fasses, si tu as le temps, continue de m'écrire. C'est bon de recevoir des nouvelles d'un ami revenu d'entre les morts, où, malheureusement, la plupart de mes vieux amis ont élus domicile. » Limbes de l'éternité ou de la folie, même combat...

 

(via Open Culture)