Hemingwrite : La bonne vieille machine à écrire fait son retour

Julien Helmlinger - 20.10.2014

Edition - International - Hemingwrite - Machine à écrire - Outil d'écriture


Un artefact de passé a été remis au goût du jour avec sa touche de modernité. Conçu comme une vieille machine à écrire, ou presque, le Hemingwrite s'invite dans le XXIe siècle, prêt à faire de la concurrence aux ordinateurs portables, en offrant une alternative aux écrivains qui souhaiteraient échapper aux distractions de l'ère des réseaux sociaux. Le designer Adam Leeb et son compère développeur de logiciels Patrick Paul présenteront leur outil le mois prochain, parmi les autres finalistes de la conférence d'Engadget : Expand NY.

 

 

 

 

Cette nouvelle machine à écrire s'annonce avec un design rétro, mais non sans nouveautés. Pour commencer, elle ne consomme pas de papier, mais fait apparaître le texte sur un écran à encre électronique. La batterie du Hemingwrite est en outre dotée d'une autonomie de six semaines, idéal pour qui souhaiterait écrire ses textes loin du brouhaha de la civilisation, mais également d'une vaste capacité de mémoire (plus d'un million de pages peuvent être enregistrées), et devrait se mettre en marche sans temps de latence.

 

Le contraste de l'écran E-Ink se veut élevé pour permettre la rédaction sous le soleil comme dans la pénombre, tandis que la machine est compatible WiFi et Bluetooth, une particularité qui permet notamment à l'usager d'accéder à Google Docs, Evernote, et autres services basés sur le Cloud. Le tout, en offrant des sensations qui pourraient bien ravir les nostalgiques.

 

Le concept Hemingwrite est né suite à une discussion entre Adam Leeb et Patrick Paul, les deux co-créateurs, à propos des pratiques et de la productivité d'écriture. Les deux associés ont notamment convenu qu'il pourrait être efficient de séparer la partie rédactionnelle et celle de l'édition de texte.

 

Les partenaires ont par ailleurs souhaité créer un dispositif minimaliste qui permette de taper des écrits sans avoir à souffrir des multiples sources de distractions technologiques, nuisances caractéristiques de l'ère du web et des réseaux sociaux. Le prototype a été sélectionné dans le cadre de l'Insert Coin Contest d'Engadget, mais il reste encore à voir s'il existe véritablement un marché pour ce type de produit, face à la concurrence multitâche.