Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Héritage Tolkien : la Warner porte plainte à son tour

Antoine Oury - 14.07.2013

Edition - Justice - J.R.R. Tolkien - Warner Bros - Le Seigneur des Anneaux


La licence des oeuvres de J.R.R. Tolkien vaut aujourd'hui de l'or, et les services juridiques des studios de production et des héritiers de Tolkien peuvent être aussi protecteurs qu'un dragon légendaire. Lancées dans une bataille de tribunaux depuis la mise au point d'une machine à sous ancrée dans l'univers du Seigneur des Anneaux (!), les deux parties se déchirent. Et les studios de production Warner Bros. et Saul Zaentz ont la main.

 


Gandalf and Legolas go (more) movie accurate

Spielbrick Films, CC BY 2.0

 

 

Les ayants droit de J.R.R. Tolkien ont réagi après la fabrication d'une machine à sous aux couleurs de la trilogie réalisée par Peter Jackson, photos des acteurs à l'appui, et la mise au point de versions en ligne. Jugeant que la Warner et Saul Zaentz dépassaient les prérogatives de la licence accordée, ils ont saisi les tribunaux et déclenché une bataille judiciaire épique.

 

Après le dépôt d'éléments par les studios de production pour contester l'attaque, les plaignants ont rétorqué avec des motions contre la réponse, mais la juge fédérale Audrey B. Collins les a recalés lors de l'audience. Pour elle, les arguments des studios sont valables, et relèvent « des réclamations et contre-réclamations habituelles dans le cadre d'un accord contractuel ». La Warner et Saul Zaentz font ainsi plusieurs reproches à la famille, comme celui d'avoir nuit au studio « sur le plan des revenus de licence perdus et dans une moindre exposition pour les films The Hobbit ».

 

Ces derniers seront donc pris en compte dans les suites du procès, qui ne manqueront pas d'arriver prochainement. La famille de Tolkien réclame près de 80 millions $ aux studios de production.

 

(via ICv2)