medias

Histoire d'empire colonial et de racisme moderne

- 28.11.2011

Edition - International - racisme - empire - colonies


L'historien britannique Nial Ferguson est en colère : lui, vulgairement accusé de racisme ? Impensable. Pourtant, l'écrivain indien Pankaj Mishra ne s'est pas privé.


Se saisissant du dernier ouvrage de Nial, il assure que le professeur d'Harvard a la vue un peu courte. Mais c'est aussi à l'ensemble du travail historique de Niall qu'il s'en prend. Dans ses livres, l'historien tente de contester que les empires occidentaux n'ont eu qu'un impact négatif sur les populations, et cherche à réhabiliter la grande époque du colonialisme, en pointant les aspects positifs.

 

Et c'est dans les pages de revues littéraires que les deux hommes ont commencé à livrer bataille, avec pour point de controverse, les travaux de Niall. C'est qu'en plus, l'homme officie à la télévision, notamment dans l'émission Empire: How Britain Made the Modern World and The Ascent of Money.

 

GaneshVoilà donc que Mishra s'en prend à une figure britannique de l'Histoire, et que celle-ci, toute drapée de son pouvoir iconique riposte. Leurs échanges de lettres sont virulents, et Nial s'enflamme : Mishra l'a accusé de racisme, et dans sa dernière réponse, il ne nie absolument pas les faits. « Toute personne correcte présenterait des excuses, et s'arrêterait là. Mais Mishra se révèle incapable d'agir correctement », se plaint Niall.

 

Réponse de Mishra, pour qui Ferguson cherche tout simplement à atténuer les crimes commis durant l'époque coloniale, tentant ainsi de protéger « son bien-aimé empire occidental ». Il lui trouve même un surnom bien pédant : Homo atlanticus redux, que les latinistes auront à coeur de traduire. Mieux : selon Mishra, les livres de Niall sont connus, moins pour leur érudition que pour leur contribution aux polémiques et leurs faits contestables.

 

Tous ces échanges de politesses sont publiés dans la London Review of Books, et aucun des deux hommes n'accepte de donner d'interview pour s'expliquer, ailleurs que par lettres interposées, et publiées dans le magazine.

 

La dernière intervention en date, c'est celle de Ferguson : « S'il [Mishra, NdR] ne s'excuse pas de m'avoir traité de raciste, je vais le poursuivre en justice jusqu'à ce qu'il le fasse. » Et de fait, soit l'Indien n'a pas lu correctement son livre, soit c'est de la diffamation. Dans tous les cas, impossible de laisser passer l'outrage.

 

Et évidemment, la London Review of Books n'a pas souhaité s'expliquer sur cette polémique, qui doit gentiment jouer sur ses ventes...

 

Pour mémoire, l'Inde est devenue une colonie britannique, mais également française, portugaise et néerlandaise, dès 1740, les différents empires ayant installé leur drapeau à divers endroits du pays. En 1850, l'intégralité du pays est sous domination britannique, et ne retrouvera son indépendance qu'à partir de juillet 1947, date de la proclamation par le Parlement britannique.