Histoire des pseudonymes des écrivains : qui se cache derrière ce nom ?

Clément Solym - 11.05.2015

Edition - Société - nom plume - pseudonyme écrivains - sécurité liberté


Que ce soit Émile Ajar et Romain Gary, ou Stephen King et son alter ego Richard Bachman, ou plus récemment, encore JK Rowling devenue Robert Galbraith, les écrivains n'échappent pas aux noms de plume. Sécurité personnelle, protection de la vie privée, les raisons sont multiples qui justifient l'utilisation d'un pseudonyme. 

 

 

Si Stendhal fut préféré à Marie-Henri Beyle, il était surtout important pour le romancier de se distancier de sa famille. Et pour George Sand, alias Amantine-Lucile-Aurore Dupin ? Eh bien, il fallait tout simplement, en tant que femme, devenir un homme, du moins sur le papier. Ah sexisme ambiant... On sait également que Charles Lutwidge Dodgson n'aurait jamais officiellement revendiqué la paternité d'Alice au Pays des Merveilles. En revanche, Lewis Carroll...

 

Ils sont nombreux à avoir puisé dans cette solution pour diffuser leurs écrits. Mais qui, et comment ? Et surtout : pourquoi ? Eh bien une petite infographie historique vaut mieux qu'une longue explication.

 

infographie histoire pseudonyme écrivains