Hollande à Lille : “Certains ont trouvé normal de détruire des livres”

Cécile Mazin - 13.11.2019

Edition - Société - François Hollande conférence - livres détruits - université Lille


Ce 12 novembre, le président François Hollande devait intervenir à l’occasion d’une conférence prévue à l’université Lille 2. Une rencontre autour de son livre qui n’a pas vu le jour : des étudiants sont intervenus pour empêcher son bon déroulement. 

François Hollande au salon Livre Paris 2017
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

« Ils forcent les portes d’un amphithéâtre, saccagent des livres et empêchent un ancien Président de la République de s’exprimer au sein d’une université. Intolérable entrave à la liberté d’expression et à la liberté de débattre », déplore le ministre de la Culture, Franck Riester. Mais il n’empêche : les faits sont là.
 

Les conditions de vie des étudiants


Venus manifester contre la précarité, alors qu’un étudiant originaire de Saint-Étienne et âgé de 22 ans s’est brûlé vif, devant un CROUS à Lyon, le 8 novembre. 

Réunis devant l’université, entre 300 et 400 manifestants venaient donc originellement réclamer des mesures pour que les conditions de vie s’améliorent. Ils pointaient notamment la dégradation de résidences universitaires au sein de Lille. 
 


C’est vers 14 h qu’ils sont parvenus à entrer, débordant les forces de police mobilisées pour la venue de l’ancien chef de l’État. « Il y a une émotion légitime après le geste désespéré d’un étudiant à Lyon et le président la comprend. Il est compréhensible que certains étudiants se soient saisis de la venue d’un ancien président pour médiatiser leurs revendications », écrira pas la suite un proche de François Hollande.
 

“Normal de détruire des livres”


Et les réactions se sont multipliées et notamment celle de la librairie Meura qui était chargée des ventes du livre, au sein de l’amphi, et au terme de la rencontre. Un événement qu’elle avait préparé avec la librairie L’Affranchie, considérant que l’affluence nécessiterait du renfort. 

« Avant l’arrivée de l’auteur, l’amphithéâtre a été envahi par des manifestants. Certains se sont immédiatement saisis des livres disposés sur la table et ont commencé à les déchiqueter. L’espace dédié aux libraires a été saccagé », témoigne-t-elle. 

« Lorsque je me suis approchée des manifestants, dans l’espoir de sauver les 3 cartons restants, rangés sous le stand, j’ai expliqué que ces livres étaient fournis par des libraires, qui plus est indépendants et petits. On m’a répondu avec un grand sourire et un haussement d’épaules : “Elle se fera rembourser ! ”. » 

Exemplaires piétinés et aspergés de café, directement dans les cartons… 

« Mais je n’oublierai pas que certains ont trouvé normal de détruire des livres. En justifiant le geste de déchiqueter chaque livre par la situation dramatique de ce jeune homme à Lyon. […] En justifiant le geste d’arracher les pages des livres une à une par le refus de discuter avec un auteur honni. Comment continuer à travailler dans une librairie, indépendante, spécialisée, s’il n’est plus envisageable de parler avec ceux qu’on abhorre ? »
 


Et d’assurer qu’une plainte doit être déposée — et la librairie a décidé de fermer ce 13 novembre, épuisée par ce qui a été vécu.


Commentaires
Dérive inquiétante s'il en est. On pense bien sûr à "Farenheit 451" et à l'"interdiction -censure" par le régime des colonels de tous les auteurs socle de la culture grecque.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.