Hommage à Toni Morrison : “dérapage choquant” de la ministre du Travail

Victor De Sepausy - 09.08.2019

Edition - Société - Toni Morrison - Muriel Pénicaud - Alain Mabanckou


Certains hommages ont des saveurs discutables : le décès de Toni Morrison a entraîné son lot de messages, de témoignages et d'hommages. Lecteurs, personnalités publiques, même Barack Obama a livré un texte évoquant un trésor national. En France, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, sans probablement penser à mal, a provoqué un véritable tollé.

Muriel Pénicaud_
Muriel Pénicaud - Jacques Paquier, CC BY 2.0


Dans l’idée d’apporter sa contribution aux multiples hommages rendus, Muriel Pénicaud s’est donc fendue d’un message, rapporte BFM
 

Hommage à une très grande dame, écrivaine, poète et militante, Toni Morrison. Grâce à elle, les noirs (sic) ont enfin pu entrer par la grande porte dans la littérature. Les mots réveillent les consciences et les cœurs, ils font reculer le racisme et la haine. Les mots ont un pouvoir.



Mais rapidement, cette intervention s’est fait épingler par un certain… Alain Mabanckou, renvoyant la ministre à ses cours d’histoire littéraire. Un « dérapage choquant », souligne l’écrivain.
 


Un libraire parisien a interpellé la rédaction par mail : « J’ignore ce que faisait cette dame lorsque Nicolas Sarkozy a prononcé le discours de Dakar, mais le fameux “L’homme africain n’est pas rentré dans l’Histoire” n’est pas bien loin. Et Hervé Guaino, l’auteur du discours, pouvait toujours invoquer une référence à Aimé Césaire, le dérapage présidentiel — en juillet 2007, notons-le — a marqué les esprits. »

Évidemment, il n’a pas fallu longtemps pour que le message de la ministre soit modifié, supprimant la phrase maladroite. 

« Je ne connaissais pas de livre qui prenne une jeune fille noire au sérieux », avait reconnu l’autrice. Maintenant, elle peut ajouter les personnalités politiques à la liste.




Commentaires
Le plus choquant n'est pas son ignorance mais l'utilisation de l'expression "les noirs" qui donne une connotation raciste à son hommage.
Mme PENICAUD, avant d'aborder un sujet aussi délicat, allez sur Internet,renseignez-vous et voyez comment la plume des écrivains noirs est aussi prolixe que celle de vos écrivains. Votre réaction prouve à suffisance le peu de considération que vous accordez à cette partie de l'humanité.
Je pense surtout qu'elle a peu de considération pour l'humanité toute entière...
C'est d'autant plus crétin de la part de l'auteur.e de cette gaffe (loin de moi l'idée que Mme Penicaud signe elle-même ses tweets) que s'iel avait fait son boulot, en deux clics iel se serait rendu compte que Toni Morrison se réclamait entre autres d'un auteur français cité au Panthéon, et qui a bénéficié d'obsèques nationales à sa mort, Aimé Césaire. raspberry
Un tel manque de culture de la littérature mondiale est pathétique. Un gouvernement doit être à la hauteur de ses citoyens, de ses administrés, de ses fonctionnaires.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.