Le romancier et scénariste Jean Vautrin est décédé

Antoine Oury - 17.06.2015

Edition - Société - Jean Vautrin - scénariste - décès


Le romancier et scénariste Jean Vautrin est décédé ce mardi 16 juin à l'âge de 82 ans, à Gradignan, rapporte l'AFP. Jean Herman, de son vrai nom, est né en 1933 à Pagny-sur-Moselle (Meurthe-et-Moselle). À la faveur des mouvements familiaux, il grandit dans à Vermenton, dans l'Yonne, sous l'Occupation. Dès son adolescence, il développe un goût certain pour le cinéma, par l'entremise des ciné-clubs.

 

 

Passant avec succès le concours de l'Institut des hautes études cinématographiques, Vautrin s'envole pour l'Inde où il enseignera le français à l'université de Bombay, commençant parallèlement son activité de réalisateur avec plusieurs courts-métrages. Il devient assistant du cinéaste Roberto Rossellini sur le tournage d’India, Mahi Bhumi.

 

À son retour d'Asie, il réalise un court-métrage d'animation avec Claude Choublier, journaliste à France-Observateur, d'après les dessins de Bosc : Voyage en Boscavie. Malgré ses fortes réticences, il effectue son service militaire en Algérie, où il filme, en 1960, la première explosion d'une bombe atomique française... Au cours de la décennie 1960, il réalise plusieurs films, dont Dimanche de la vie (1967), adapté du roman de Raymond Queneau, et L'Œuf (1972), d'après la pièce de Félicien Marceau.

 

Au milieu des années 70, il revient au cinéma en tant que scénariste, et travaillera avec Claude Pinoteau, Georges Lautner, Yves Boisset ou Jacques Deray. Souvent en adaptant ses propres romans pour le cinéma, d'ailleurs : il publie pour la première fois en 1973, avec À bulletins rouges.

 

L'imposante bibliographie de Jean Vautrin fait état de nombreuses collaborations avec le monde de la BD, qu'il avait effleuré avec l'animation. Bloody Mary (1979) sera adapté en bande dessinée par Jean Teulé en 1983, tout comme Canicule (1982), par Baru en 2013, et Le Cri du peuple (1998), par Tardi.

 

La série des Aventures de Boro, reporter photographe, écrite en collaboration avec Dan Franck et illustrée par Enki Bilal, fait aussi partie des œuvres incontournables de l'auteur.

 

La ministre de la Culture Fleur Pellerin a rendu hommage au disparu :

 

Jean Vautrin nous a quittés le 16 juin, à Gradignan. Il avait 82 ans.

 

Avant d’entrer en littérature et de s’imposer au plus grand nombre en se voyant décerner le prix Goncourt en 1989 [pour Un grand pas vers le bon Dieu, NdR], Jean Vautrin avait déjà derrière lui une très belle carrière au cinéma, comme scénariste, dialoguiste et réalisateur, sous son véritable nom de Jean Herman.

 

Jean Vautrin restera dans les mémoires comme l’auteur de Un grand pas vers le Bon Dieu mais aussi de Billy-Ze-Kick ou Bloody Mary, ses « séries noires » engagées, et Jean Herman comme le réalisateur d’Adieu l’ami avec Alain Delon et Charles Bronson. C’était avant tout un narrateur, un formidable raconteur d’histoires qui, aussi bien par le mot que par l’image, avait le don de captiver, de capturer, d’emporter très loin son public, et de lui faire partager ses espoirs, ses passions, ses révoltes et son amour de la vie.