Hong Kong : un libraire opposé au régime chinois disparaît

Nicolas Gary - 02.01.2016

Edition - Librairies - Hong Kong - libraire disparition - Chine censure


Lee Bo, libraire chez Causeway Bay Books, établissement proposant des ouvrages sur la politique chinoise, est porté disparu, a annoncé son épouse ce 1er janvier. Un événement qui alimente le malaise actuel à Hong Kong, sur l’érosion des libertés personnelles, alors que la ville chinoise dispose d’une semi-autonomie depuis 1997, vis-à-vis de la Chine. D’autant qu’avec la disparition de Lee Bo, on recense celle de quatre autres collègues, également employés dans cette structure comptant groupe éditorial et librairie. 

 

Hong Kong

Barbara Willi, CC BY 2.0

 

 

Selon Sophie Choi, femme de Lee Bo, les dernières nouvelles reçues de son mari remontent à mercredi dernier. Il l’a contactée par téléphone, vers 22 h, pour lui assurer que tout allait bien. Mais depuis, plus aucun signe de vie. La dernière fois qu’il aurait été vu, c’était à l’entrepôt de la maison, assure une source à l’AFP. On redoute alors la mauvaise rencontre.

 

Au cours de l’automne, quatre autres éditeurs ont disparu, et tous étaient actionnaires du groupe Mighty Current publishing, avec Lee Bo. Ce dernier travaillait chez Causeway Bay Books, librairie qui s’est spécialisée dans les livres critiquant le parti communiste chinois.

 

L’enquête a été ouverte, et le département de la police de Hong Kong, a assuré un responsable de, Carrie Lam. Elle a en revanche refusé d’apporter le moindre commentaire, pour préserver le secret des recherches, indique l’AFP. 

 

Cinquième disparition, sans motif apparent

 

La librairie où travaillait Lee Bo a été ouverte en 1994, et disposait d’une grande popularité, parmi les touristes venus de la Chine continentale. Il leur était en effet possible de se procurer des ouvrages et des documents politiques inaccessibles. 

 

Gui Minhai, propriétaire de Mighty Current publishing, dont la librairie était une filiale, est également porté disparu, depuis un séjour en Thaïlande, dont il n’est jamais revenu. Lam Wing-kei, directeur général de la maison d’édition et Cheung Jiping, directeur commercial, ont été portés disparus le 5 novembre dernier. 

 

Reste que ces multiples disparitions de personnes liées à une même entreprise commencent à inquiéter les foules. Les médias locaux ont diffusé les informations tout en soulignant que la politique éditoriale tant de la maison d’édition que de la librairie devait être au cœur de l’affaire.

 

« C’est un moment particulièrement difficile pour moi... Je ne sais rien de ce qui s’est déroulé, ce ne sont pas des choses auxquelles les gens normaux sont confrontés », poursuit Sophie Choi.

 

Plusieurs groupes de défense des droits de l’Homme ont manifesté leurs préoccupations : Human Rights Watch estime même qu’il y aurait une volonté chinoise forte pour empêcher que des livres vus comme dissidents ou contestataires transitent de Hong Kong vers la Chine. 

 

La Chine n'a pour le moment pas fait le moindre commentaire, même si les regards se tournent avec insistance vers Beijing.